Publicité

Plus de 130 000 $ pour contrer pauvreté et exclusion dans le quartier

Communautaire, Vie de quartier
Des initiatives comme le Fridge, qui redistribue les invendus du secteur à des citoyens, ont été soutenues par le passé par ce fond. (photo archives Pamplemousse.ca)
Des initiatives comme le Fridge, qui redistribue les invendus du secteur à des citoyens, ont été soutenues par le passé par ce fond. (photo archives Pamplemousse.ca)

Des projets permettant de lutter contre la pauvreté et l’exclusion pourraient recevoir jusqu’à 133 883 $ dans La Petite-Patrie.

L’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie lance un appel de projets pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion. L’arrondissement a ainsi débloqué un budget pour soutenir des initiatives locales. Cela permettra d’aider les personnes les plus démunies à mieux s’intégrer et les soutenir dans leur démarche d’intégration. Prévenir la pauvreté et favoriser le développement social et communautaire dans le quartier sont les raisons premières de ce projet.

Plus d’aide pour le projet communautaire

Après diffusion du plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et participation sociale 2017-2023 et « l’entente entre la Ville de Montréal et le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS) », Rosemont-Petite-Patrie a choisi de lancer une campagne de soumission de projets. Cette décision vient avec « l’Entente administrative sur la gestion du Fonds québécois d’initiatives sociales » explique Fanny Bertrand-Giroux, conseillère au développement communautaire dans un communiqué pour l’arrondissement. En 2018, « nous avons soutenu 15 projets » indique quant à elle France Lebrun, chargée des communications pour Rosemont-La Petite Patrie.

Au total, l’arrondissement dispose d’une somme de 343 290 $. Ce montant sera partagé entre les deux quartiers. Rosemont recevra donc 209 407 $ et La Petite-Patrie 133 883 $. « Les enveloppes budgétaires sont les mêmes depuis 10 ans, mais sont appelées à changer dans les prochaines années » explique France Lebrun. Depuis dix ans, ces budgets sont « calculés à partir de l’indice Pampalon ». Cet indice est un indice de défavorisations calculé par l’Institut national de santé publique du Québec.

Deuxième année pour proposer son projet

En 2018, la même somme avait été allouée à la Petit-Patrie et avait été distribuée à différents organismes, comme le Comité logement du quartier, qui avait reçu une partie de la somme pour offrir un point de services dans l’Est pour soutenir les locataires aînés et pour intervenir auprès de conciergeries pour l’extermination de punaises.

Le Regroupement des tables de quartier avait lui aussi reçu une partie de ce montant pour « favoriser la participation citoyenne et la mise en place d’activités et de ressources pour les citoyens au chalet du parc Montcalm et par un appui à des projets rassembleurs dans le secteur alimentaire (marché solidaire, Le Fridge, mois de la nutrition, bacs de culture, récupération de denrées alimentaires périssables du marché Jean-Talon, etc.) » indique la Ville de Montréal.

Il est possible de déposer un projet jusqu’au 25 janvier 2019 à midi. Ce sera par la suite un comité de sélection d’employés municipaux, ainsi que « d’acteurs extérieurs impartiaux » qui choisiront les projets, explique Mme Bertrand-Giroux.

Les différentes propositions de projets sont soumises à certaines exigences. Il faut par exemple toucher une « zone d’intervention […] déterminée par un indice de défavorisation ». Il faut également que les soumissions s’accordent avec les « compétences » de la Ville de Montréal.

« Les décisions seront livrées en avril », déclare Mme Lebrun

Vos commentaires
loading...