Publicité

Un dernier conseil d’arrondissement sans vague

Politique
Christine Gosselin a présidé le conseil d'arrondissement en l'absence du maire, François Croteau (photo : Pierre de Montvalon)
Christine Gosselin a présidé le conseil d’arrondissement en l’absence du maire, François Croteau (photo : Pierre de Montvalon)

Il a été question de l’avenir du Parc des Gorilles et d’intersections dangereuses pour le dernier conseil d’arrondissement de l’année.

C’est face à un public réduit que Christine Gosselin, conseillère de la ville pour le Vieux-Rosemont, a présidé le lundi 3 décembre dernier la dernière séance du conseil d’arrondissement en l’absence du maire, François Croteau, dont la collation des grades pour son doctorat en urbanisme se tenait le même soir.

François Limoges, conseiller du district de Saint-Édouard, a profité de l’occasion pour faire le point sur le chantier de la Plaza Saint-Hubert. « Les travaux vont bien, nous sommes dans les temps et nous sommes confiants qu’il n’y aura pas de dépassement de délai », a-t-il expliqué. Il a toutefois reconnu l’ampleur des travaux et a invité les résidents de La Petite-Patrie à effectuer leurs achats de Noël sur la Plaza, afin de « faire un geste pour nos commerçants ».

Parc des gorilles

Plusieurs questions ont été posées aux élus par des représentants des AmiEs du Parc des Gorilles, un regroupement de citoyens qui se bat pour que cette ancienne friche située à l’angle des rues Saint-Urbain et Beaubien soit réaménagée en parc. Le terrain du Parc est Gorilles était détenue par l’entreprise Olymbec, l‘Arrondissement a exproprié l’entreprise et est en train d’en faire l’acquisition. Les AmiEs du Parc des Gorilles ont mené un combat de longue haleine pour se réapproprier le terrain.

Christine Gosselin a tenu à féliciter les membres du collectif pour leur détermination, et François Limoges a expliqué au collectif que l’achat du terrain par la Ville de Montréal suit son cours et a tenu à rassurer Les AmiEs du Parc des Gorilles que la cogestion, demandée par le regroupement, allait se faire, mais n’a pu préciser l’échéancier. « Vous l’avez gagnée [la cogestion] à la sueur de votre front », a-t-il reconnu.

Simon Van Vliet, cofondateur du collectif des AmiEs du Parc des Gorilles, et par ailleurs journaliste pour Pamplemousse.ca Le Plateau, a tenu à attirer l’attention des élus sur la sauvegarde d’une série d’ateliers industriels, situés sur la rue Waverly. Les AmiEs du Parc des Gorilles veulent que la valeur patrimoniale de ces ateliers soit reconnue afin d’éviter leur démolition potentielle par leur propriétaire, l’entreprise Olymbec. « Il faudrait les classer pour les protéger, a reconnu Christine Gosselin. Il va falloir y songer avant d’être mis devant le fait accompli. »

Des intersections dangereuses

L’aménagement de l’intersection Beaubien et Saint-Urbain a été encore une fois remis sur la table par les AmiEs du Parc des Gorilles. François Limoges a convenu de la dangerosité de l’intersection, mais en l’absence du maire, celui-ci a juste dit « qu’on allait s’en reparler ».

Mme Hémon, résidente de La Petite-Patrie, a réclamé la sécurisation des intersections de la rue Waverly avec les rues Bélanger et Jean-Talon, entre lesquelles se situe l’école primaire Saint-Arsène, et déplore que les panneaux de limitation de vitesse ne sont pas assez visibles. « Des essaims d’enfants traversent chaque jour ces intersections, rappelle la résidente. S’il vous plaît, n’attendez pas un accident ». Une des pistes de solution serait d’interdire le virage à gauche sur ces intersections, a proposé François Limoges en soulignant que l’Arrondissement partage ses préoccupations.

Vous pouvez retrouver le sommaire décisionnel ainsi que la rediffusion de la séance sur le site de l’arrondissement.

Contribuez à la relance

Forts du succès de notre campagne de sociofinancement, nous misons d’abord et avant tout sur le soutien financier direct de notre lectorat.

Nous vous invitons donc à nouveau à contribuer, dans la mesure de vos moyens, pour nous permettre de mener à bien notre projet de reprise collective et de transformation de Pamplemousse.ca en entreprise d’économie sociale.

Les sommes amassées dans le cadre de notre campagne sur La Ruche nous assurent de pouvoir continuer à opérer jusqu’au 1er mars, mais chaque contribution supplémentaire nous permettra de prolonger notre effort de relance et augmentera d’autant nos chances de succès.

À l’heure actuelle, nous opérons sur un budget hebdomadaire d’à peine 1500 $ (!). Vous êtes de milliers à nous lire chaque semaine. Si chacun et chacune d’entre vous nous donnait 1 $ par article lu, notre avenir à court terme serait assuré.

Bien entendu, nous ne nous attendons pas à ce que 100 % de notre lectorat puisse ou veuille contribuer financièrement à la survie de notre réseau. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas l’intention d’ériger de mur payant pour accéder à nos contenus qui sont – et demeureront – gratuits et libres d’accès, par souci de démocratisation de l’information locale.

Processing ...
CAD

Vos commentaires
loading...