Publicité

« C’est beau » s’installe dans La Petite-Patrie

Économie, Vie de quartier
C'est beau
La boutique locale C’est beau a ouvert ses portes au début décembre au coin des rues Beaubien et Henri-Julien. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Après une boutique en ligne puis une succursale physique sur le Plateau-Mont-Royal née il y a tout juste un an, l’enseigne locale C’est beau, qui fait la part belle au savoir-faire québécois, a une nouvelle adresse dans La Petite-Patrie. 

Des magazines aux soins de beauté, en passant par la vaissellerie, les résidents du quartier peuvent désormais retrouver les produits d’une centaine d’artisans québécois au sein d’un même endroit.

Bien que le choix du quartier pour cette deuxième succursale ait été laissé au hasard, le fondateur, Raphaël Ricard, se réjouit de l’engouement qui règne autour de son nouveau-né. « On a tripé sur l’atmosphère l’été avec les nombreux cafés et terrasses, collés sur le marché Jean-Talon. Ça me semblait être un bon fit avec les produits d’ici », souligne-t-il.

Le fondateur, qui a lui-même débuté dans le monde de l’artisanat en transformant des planches à roulettes usagées, choisit ses collaborateurs avec soin. C’est qu’ils doivent aller de pair avec la marque C’est beau qu’il a fondée avec un groupe de créateurs. C’est notamment dans cette alliance de style et d’image que la boutique se démarque de toutes ses consœurs à saveur locale. « On vend des produits pour le lifestyle des gens qui portent la marque C’est beau, explique l’entrepreneur. On ne veut pas être que des revendeurs. On fait une sélection en fonction de cette ligne directrice. »

Le tiers de l’endroit sert de bureau, ce qui donne une allure d’atelier-boutique au magasin épuré situé au coin des rues Beaubien et Henri-Julien.

C’est beau : un magasin local à l’allure locale

(Photo : Lindsay-Anne Prévost)

Avec un design orchestré soigneusement par la firme d’architecture montréalaise Ivystudio, reconnue pour travailler avec des produits québécois, l’aspect local se voit jusque dans l’aménagement de la nouvelle succursale. « Nos magasins sont faits de A à Z ici. On trouvait ça plus cohérent de vendre des produits québécois sur des tablettes québécoises que sur des tablettes IKEA », fait valoir Raphaël Ricard, qui a célébré l’ouverture à la fin novembre.

Et, toujours dans l’idée de promouvoir les artisans d’ici, le fondateur laisse ses collaborateurs présenter gratuitement leurs créations au public durant les fins de semaine pour le temps des Fêtes. Les consommateurs de passage un samedi ou un dimanche pourront donc en apprendre plus sur Dahls, Groom ou Limette, comme ce fût le cas la semaine dernière. « Le créateur est sur place pour expliquer ce qu’il fait, explique Raphaël Ricard. On essaie également de faire découvrir les artisans via notre site web et de conscientiser les gens à privilégier des produits d’ici. »

La petite histoire de l’édifice, qui logeait anciennement une clinique médicale, veut même que le défunt mari de la propriétaire ait toujours eu « C’est beau » comme réplique…signe que l’endroit était voué à abriter la nouvelle boutique !

Contribuez à la relance

Forts du succès de notre campagne de sociofinancement, nous misons d’abord et avant tout sur le soutien financier direct de notre lectorat.

Nous vous invitons donc à nouveau à contribuer, dans la mesure de vos moyens, pour nous permettre de mener à bien notre projet de reprise collective et de transformation de Pamplemousse.ca en entreprise d’économie sociale.

Les sommes amassées dans le cadre de notre campagne sur La Ruche nous assurent de pouvoir continuer à opérer jusqu’au 1er mars, mais chaque contribution supplémentaire nous permettra de prolonger notre effort de relance et augmentera d’autant nos chances de succès.

À l’heure actuelle, nous opérons sur un budget hebdomadaire d’à peine 1500 $ (!). Vous êtes de milliers à nous lire chaque semaine. Si chacun et chacune d’entre vous nous donnait 1 $ par article lu, notre avenir à court terme serait assuré.

Bien entendu, nous ne nous attendons pas à ce que 100 % de notre lectorat puisse ou veuille contribuer financièrement à la survie de notre réseau. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas l’intention d’ériger de mur payant pour accéder à nos contenus qui sont – et demeureront – gratuits et libres d’accès, par souci de démocratisation de l’information locale.

Processing ...
CAD
Vos commentaires
loading...