Publicité

Centre de transport Bellechasse repensé : Projet Montréal y met son empreinte

Transport, Vie de quartier
Valérie Plante, François Croteau et Philippe Schnabb ont présenté le nouveau concept du Centre de transport Bellechasse (photo : Pierre de Montvalon)
Valérie Plante, François Croteau et Philippe Schnabb ont présenté le nouveau concept du Centre de transport Bellechasse (photo : Pierre de Montvalon)

Stationnements sous-terrain pour autobus électriques avec place publique et espaces verts ont supplanté l’idée initialement prévue d’un édifice en hauteur avec développement commercial sur la rue.

Annoncé en 2017 sous l’administration Coderre, le projet de Centre de transport Bellechasse de la STM fait peau neuve sous l’administration Plante. Présenté par la STM et la précédente administration à l’été 2017, le projet initial avait fait face à des préoccupations des citoyens concernant l’augmentation de la circulation d’autobus dans le secteur et son impact sur la sécurité des piétons et des vélos. « Le premier concept n’avait pas nécessairement fait l’unanimité », a reconnu en conférence de presse Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la Société de Transport de Montréal (STM).

Garage souterrain et espaces verts

La STM a revu entièrement les plans du futur centre de transport. Seul un édifice administratif en anneau avec une cour intérieure boisée sera visible depuis la rue. Un bâtiment souterrain de trois étages accueillera le garage où seront stationnés et entretenus les autobus électriques de la STM, une première nord-américaine selon Philippe Schnobb.

Rendus de l'ancien projet (en haut) et du nouveau (en bas). Source : STM et MtlUrb

Rendus de l’ancien projet (en haut) et du nouveau (en bas). Source : STM et MtlUrb

« C’est un garage qui va accueillir une partie importante de nos 300 autobus hybride que nous avons commandés l’année dernière et qui vont arriver au courant de l’année prochaine », a expliqué en conférence de presse la mairesse, Valérie Plante.

Dans sa partie extérieure, le projet accueillera une plateforme végétalisée accessible au public. « Nous avons voulu réduire notre empreinte écologique, verdir davantage le site, sécuriser le plus possible les déplacements dans le secteur tout en offrant un lieu d’appropriation pour la communauté », a expliqué Philippe Schnobb.

Le maire de l’arrondissement Rosemont—La Petite-Patrie, François Croteau a salué l’effort de la STM de prendre en compte le milieu dans lequel s’inscrit le projet. « [Le secteur Bellechasse] est un milieu qui manque grandement d’espace vert […] et grâce à ce projet, les résidents pourront s’approprier [la plateforme végétalisée], qui sera comme un parc », a souligné François Croteau.

Le maire note toutefois que l’axe Saint-Laurent—Bellechasse est l’axe cyclable le plus achalandé à Montréal et assure qu’il y aura des travaux afin de sécuriser les axes de circulation autour du nouveau Centre de transport. « Il n’y aura pas de circulation sur la rue Saint-Dominique, assure le François Croteau et les intersections entre Bellechasse et De Gaspé et Saint Dominique seront sécurisées au moyen de feux de circulation ».

Quelle suite pour le CT Saint-Denis?

Comme prévu dans le projet initial, le futur Centre de transport Bellechasse sera situé dans le quadrilatère de la rue Bellechasse, de l’avenue De Gaspé, de la rue Marmier et de la rue Saint-Dominique. Les coûts estimé du projet seront les mêmes que prévus : 254 millions de $. Les travaux pour construire l’édifice commenceront en 2019 pour une livraison prévue dès 2022. L’actuel Centre de transports Saint-Denis, situé entre le viaduc Rosemont et la rue Bellechasse sera détruit.

Alors qu’une importante mobilisation avait eu lieu en 2017 contre une vente potentielle du terrain à des promoteurs privés, La Ville de Montréal se portera acquéreur du terrain du Centre de transport Saint-Denis à compter de 2022. L’arrondissement compte mettre en place un Programme particulier d’urbanisme (PPU) et lancer un processus de consultation publique. « Nous allons consulter la population afin de construire un futur quartier qui fera place à la culture, au communautaire et à des parcs, explique le maire de l’arrondissement. Le logement social sera inclus dans le projet, et ce, de manière audacieuse. Nous voulons faire davantage que le 20% habituel requis dans tout projet résidentiel ».

Le projet s’inscrit dans le Plan stratégique organisationnel 2025 de la STM, qui vise à ce que la Société ne fasse l’acquisition que d’autobus électrique à partir de 2025. Une consultation publique est prévue par l’arrondissement à partir de janvier 2019, afin de déterminer la forme que prendra la plateforme végétalisée offerte par la STM.

Vos commentaires
loading...