Publicité

Un frigo pour la communauté

Communautaire, Santé
Henri-Charles, agent de mobilisation pour le RTCPP, Daniel, Jacques et Chantal (de dos), tous trois bénévoles discutent après la distribution du mardi (photo : Pierre de M.)
Henri-Charles, agent de mobilisation pour le RTCPP, Daniel, Jacques et Chantal (de dos), tous trois bénévoles discutent après la distribution du mardi (photo : Pierre de M.)

Depuis 2015, les bénévoles du Fridge de La Petite-Patrie redistribuent chaque semaine les invendus de différents commerces du secteur à plusieurs dizaines de personnes.

Chaque mardi à 13 h, les bénévoles du Fridge de La Petite-Patrie, un projet social visant à lutter contre le gaspillage alimentaire, ouvrent les portes du petit chalet du parc Montcalm, attenant à l’avenue Papineau, entre les rues Bélanger et Saint-Zotique. Chacun vient alors remplir son petit panier d’épicerie solidaire, avec les produits invendus que sont allés récupérer les bénévoles de l’organisme auprès de plusieurs commerçants du quartier.

Lors de la distribution du mardi 23 octobre dernier, l’équivalent de huit caisses de fruits et légumes, comme des tomates, des nectarines, des pommes, des poires, mais aussi des carottes, des choux, des brocolis, des navets et des choux-fleurs ont été distribué à plus de 50 personnes. En moins de deux heures, les boîtes étaient presque vides et les pâtisseries conservés dans le frigo étaient distribuées.

Depuis la création du projet, lancé par deux jeunes femmes du quartier, Daniel vient donner un coup de main. « Chaque lundi soir, je prends ma voiture et je vais récupérer les invendus chez les commerçants partenaires », explique le retraité.

(photo : Pierre de M.)

(photo : Pierre de M.)

La boulangerie de Froment et de Sève fournit pains, pâtisseries et viennoiseries. Les fruiteries Premier choix, située au croisement entre Papineau et Beaubien, et La Pêche aux fruits, dans Rosemont, fournissent fruits et légumes, en plus des invendus que le marché Jean-Talon met à la disposition des organismes communautaires. S’ajoutant à la cueillette des denrées, Daniel assure aussi la distribution du mardi en compagnie de deux ou trois autres bénévoles.

« Cela représente entre 120 et 150 kilogrammes de fruits, légumes et pains par semaine que nous récupérons et qui sont redistribués », explique Henri-Charles Boudot, agent de mobilisation citoyenne pour le Regroupement des tables de concertations de La Petite-Patrie (RTCPP) et superviseur du projet.

Créer des liens

Hommes et femmes, étudiants, prestataires de l’aide sociale ou personnes dans une mauvaise passe : toutes sortes d’individus sont accueillis par les bénévoles.

« Il faut repenser notre manière de consommer et limiter la consommation inutile », explique un jeune étudiant en psychologie venu chercher quelques légumes. « Avec cette initiative, l’échange sans monnaie est possible. D’un côté, je suis bénévole pour un atelier de vélo communautaire, et de l’autre, je viens chercher quelques fruits et légumes ici. Et puis, en tant qu’étudiant, je n’ai pas trop d’argent. »

Plus que la simple collecte alimentaire, les bénéficiaires prennent souvent le temps d’échanger un mot avec les bénévoles, avec Henri-Charles et avec les autres personnes qui se croisent au petit chalet du parc Montcalm.

C’est le cas de Chantal : à la fois bénévole et bénéficiaire du Fridge de La Petite-Patrie. « Mon logement et les services représentent la moitié de mon revenu d’aide sociale. Ce que je récupère grâce au Fridge, ça m’aide beaucoup, explique-t-elle. Et comme je marche, j’économise le 3,25 $ de ticket de transport. Avec ces deux économies, je peux m’acheter de la viande. »

Mais c’est surtout pour les liens qu’elle tisse, les personnes qu’elle rencontre et avec qui elle discute que Chantal s’implique pour le Fridge de La Petite-Patrie. « Les gens qui viennent ont besoin d’un sourire, de bonne humeur. Au moins une fois semaine, ça fait du bien. » Comme le résume Hélène, elle aussi bénévole et bénéficiaire du Fridge : donner du temps au Fridge, c’est aussi offrir une oreille attentive quand les gens en ont besoin. « Quand tu sens que quelqu’un a besoin de parler, tu l’écoutes », raconte-t-elle.


Le Fridge de La Petite-Patrie est ouvert du mardi au jeudi, de 13h à 17h, et est ouvert à tous et à toutes. La distribution hedbdomadaire débute chaque mardi, à 13h. Aucune formalité n’est nécessaire : juste se présenter. Pour plus d’information, consulter la page Facebook du projet.

Vos commentaires
loading...