Publicité

Gabriel Nadeau-Dubois : “Je souhaite continuer le travail”

Élections 2018, Politique
Une pancarte de Gabriel Nadeau-Dubois (photo : Pierre de Montvalon)
Une pancarte de Gabriel Nadeau-Dubois (photo : Pierre de Montvalon)

Quatrième portrait de notre série électorale : Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire, répond à nos questions.

Pamplemousse.ca a demandé à tous les candidats de Gouin de répondre en moins de 150 mots à cinq questions. Les candidats sont présentés par ordre alphabétique.

Pourquoi avez-vous choisi de vous présenter dans Gouin?

En mai 2017, j’ai été élu député de Gouin après avoir répondu à l’appel de Françoise David, qui a dû quitter et m’a demandé de continuer son travail. J’ai travaillé d’arrache-pied avec mon équipe pendant un an et demi; j’ai fait la tournée des écoles et travaillé en concertation avec les élus et groupes communautaires pour des projets importants, comme le rachat par les organismes communautaires du 6839 Drolet.

J’ai mis en place le budget participatif Aller retour, pour permettre aux citoyens et citoyennes de Gouin de voter pour octroyer du budget discrétionnaire de député à des projets qui les inspirent. Je suis fier de ce que j’ai réalisé en un an; je me représente dans Gouin parce que je souhaite pouvoir continuer le travail, avec la confiance des électeurs et électrices de Gouin, pendant un mandat complet.

Quels sont les trois enjeux locaux les plus importants auxquels font face les citoyens de la circonscription?

Les gens de Gouin font face à une réduction du parc locatif; la gentrification et la transformation de logements en condo font augmenter les loyers. Plus d’un tiers des ménages locataires consacrent 30% ou plus de leurs revenus à leur loyer, et certains peinent à rester dans le quartier. De plus, les écoles de Gouin vivent une forte surpopulation, qui ne va pas aller en s’améliorant.

Dans ma tournée des écoles, j’ai vu des élèves manger dans des corridors; à Madeleine-de-Verchères, l’occupation est de 112%, et l’école a perdu sa bibliothèque et sa salle informatique pour pallier à la situation. Finalement, les citoyens et citoyennes ont vu leur accès aux soins de santé de proximité diminuer avec le déplacement de plusieurs services hors du CLSC de La Petite-Patrie vers Villeray.

Quelles mesures proposez-vous pour pallier à chaque de ces problématiques locales?

D’abord, la construction de nouveaux logements sociaux, même dans une circonscription possédant peu de terrains vacants comme Gouin, est primordiale, tout comme un registre des baux pour contrôler le prix des loyers et un réinvestissement dans Accès logis, pour favoriser la réalisation de logements sociaux et communautaires. Ensuite, la fin du financement des écoles privées permettra d’investir dans la rénovation des écoles et la construction de nouvelles. L’embauche de 2100 enseignants et de 2300 professionnels de soutien est aussi indispensable.

Quant aux soins de santé, il faut garantir leur accès à proximité; en rendant le CLSC de La Petite-Patrie ouvert 7 jours sur 7, 24h sur 24, les gens de Gouin auront les soins auxquels ils ont droit, près de chez eux, tout en désengorgeant les urgences. Ces propositions en logement, éducation et santé sont au coeur de mes préoccupations et du projet de société de Québec solidaire.

Quel organisme communautaire de la circonscription vous inspire? Pourquoi?

C’est trop dur de choisir! Je suis fier d’avoir continué avec mon équipe le travail de Françoise David, en participant aux rencontres Lève-tôt, en rencontrant les organismes communautaires du quartier qui l’animent et me rendent fier d’y habiter. Je suis inspiré par le travail de concertation fait à l’intérieur du Centre Social et Communautaire de La Petite-Patrie, l’organisme créé en 2011 pour acquérir le bâtiment du 6839 Drolet. Après 7 ans de travail, je suis très content de voir ce projet, suivi de près par Françoise David, arriver à terme.

Je vais suivre le dossier de près pour que ce centre, habité par des organismes indispensables, qui agissent concrètement sur les conditions de vie, de logement, sur la sécurité alimentaire et sur l’intégration au marché du travail des gens de Gouin parmi les plus défavorisés, entre autres champs d’action, appartiennent finalement aux groupes qui l’animent.

Quelle entreprise de la circonscription vous inspire? Pourquoi?

Gouin contient beaucoup de petites et moyennes entreprises innovantes et variées qui rendent le quartier vivant, que ce soit l’épicerie sans déchet Vrac et Bocaux, sur Saint-Zotique, ou la boulangerie Automne, sur Beaubien, qui n’utilise que de la farine québécoise et a à cœur de travailler avec nos agriculteurs et agricultrices d’ici. Si je dois choisir, j’ai un faible pour MaBrasserie, une coopérative brassicole près de chez moi où il fait toujours bon prendre une bière bien de La Petite-Patrie.


Découvrez les autres candidats de la circonscription ci-bas. Les candidates du Bloc Pot et du Parti nul n’ont pas répondu à nos questions.

Olivier Gignac (PQ)
Arianne Lebel (CAQ)
Alessandra Lubrina (PLQ)
Alice Sécheresse (PVQ)

Vos commentaires
loading...