Publicité

L’intelligence artificielle au cœur du Mile-Ex

Économie, Vie de quartier
Jeux vidéo Behaviour (1)
Les entreprises logeront dans l’ancienne usine de textile située à l’angle des rues Saint-Urbain et Saint-Zotique. (photo : Archives – Lindsay-Anne Prévost)

De nombreux acteurs du domaine de l’intelligence artificielle seront locataires du bâtiment O Mile-Ex, situé sur Saint-Urbain à l’angle de Saint-Zotique, d’ici la fin 2018.

La récente nouvelle de l’arrivée des 160 chercheurs de l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA), dirigés par le professeur Yoshua Bengio, dans les locaux du 6650-6666 Saint-Urbain vient confirmer l’effervescence du secteur de l’intelligence artificielle (IA) dans Marconi-Alexandra, aussi connu sous le nom de Mile-Ex.

« Pour nous c’est une très bonne nouvelle, commente le maire d’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, sur la récente annonce. Cela va permettre de développer davantage ce secteur d’économie dans le quartier. »

Au total, 50 % des locaux de l’ancienne usine de textile convertie en lofts-bureaux seront occupés par des entreprises oeuvrant dans le domaine de l’IA. Outre le MILA, le bâtiment abritera également l’entreprise Element AI, un laboratoire en IA de la compagnie française Thales, l’Institut de valorisation des données (IVADO) et une division d’une grande banque canadienne sur l’IA.

Parmi les entreprises qui logent présentement dans l’immeuble, on compte entre autres l’entreprise de création de jeux vidéos Behaviour, la division multimédia du Cirque du Soleil 4U2C et Rogue Research, un laboratoire spécialisé dans la recherche en neuroscience.

Développement du quartier

L’arrivée des futurs occupants du O Mile-Ex va dans le sens des décisions prises par l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie au cours des dernières années pour mieux encadrer le développement du quartier.

Une démarche qui s’est imposée en 2013, dans le contexte du projet de construction du campus de l’UdeM à l’endroit de l’ancienne gare de triage Outremont. Réalisant l’impact majeur de l’arrivée du campus Outremont sur les quartiers avoisinants, les élus et les différents intervenants du milieu avaient alors élaboré un Plan de développement urbain, économique et social (PDUES) de Marconi-Alexandra.

« On a protégé les bâtiments commerciaux et on a voulu maintenir le caractère spécifique du Mile-Ex qui est un secteur mixte et unique à Montréal », souligne le maire François Croteau en rappelant notamment l‘adoption d’une motion l’automne dernier pour assurer la vocation désirée pour le quartier.

Maintenir l’équilibre entre les composantes résidentielles, commerciales et industrielles de Marconi-Alexandra reste cependant un défi selon le M. Croteau : « Pour y arriver, on travaille en concertation avec les intervenants des différents secteurs », souligne-t-il.

Transport amélioré

Le maire rappelle également les répercussions positives du développement du quartier sur l’accessibilité aux différents moyens de transport. L’arrivée de nombreux travailleurs dans le quartier, suivie par celle des étudiants lors de l’ouverture du campus Outremont en 2019, amènera une plus grande offre en transport collectif.

La ligne d’autobus 18 de la rue Beaubien, qui s’arrête présentement au coin de la rue du bâtiment O Mile-Ex, sera prolongée jusqu’au nouveau campus Outremont. Le plan d’urbanisme entrevoit également la possibilité d’amener la piste cyclable de la route 1 jusqu’à ce secteur.

Vos commentaires
loading...