Publicité

Des résidents s’opposent à un projet de condos sur Fabre

Immobilier
Église fabre. Photo FB
L’église située au 6724 rue Fabre sera démolie si le projet immobilier est accepté. (photo : Facebook – Héritage Montréal)

Un promoteur immobilier envisage de détruire l’église de la rue Fabre, entre Bélanger et Saint-Zotique, afin d’y construire 20 unités de condominiums, mais doit d’abord obtenir l’autorisation de l’arrondissement pour modifier le zonage du terrain.

Une consultation populaire a eu lieu le mercredi 31 janvier dernier, à la mairie de Rosemont-La Petite-Patrie, afin d’informer les citoyens sur les spécificités du projet du promoteur immobilier Idevco Mas. Le terrain dont il est propriétaire est zoné « lieu de culte », ce qui empêche toute démolition ou construction sans obtenir au préalable l’autorisation de l’arrondissement.

Une cinquantaine de résidents se sont mobilisés pour l’occasion, en partie grâce à deux résidents qui habitent le duplex voisin du terrain dont il est question. Chloé Domingue-Bouchard et Alex Desrochers ont organisé des événements à travers les réseaux sociaux et ont distribué environ 500 tracts papier dans les rues adjacentes au projet afin d’inciter les citoyens à se présenter à la consultation publique.

« Nous ce qu’on demande, c’est que la ville n’autorise pas de changement irréversible, explique Mme Domingue-Bouchard. Elle conteste un changement de zonage, car une fois la modification faite, les citoyens n’auront plus leur mot à dire sur l’avenir du terrain.

Au lieu d’un projet de condos, plusieurs citoyens aimeraient plutôt que l’espace soit réservé à des logements sociaux ou pour y loger des organismes ou encore un centre de la petite-enfance. S’adressant aux élus lors de la consultation publique, Mme Domingue-Bouchard a souligné la nécessité d’avoir un espace communautaire dans La Petite-Patrie en rappelant le manque de logements abordables décrié par plusieurs organismes du quartier.

Cependant, puisque le terrain appartient au promoteur, les pouvoirs de l’arrondissement sont limités pour répondre aux attentes des citoyens.

Référendum

Le projet doit d’abord être adopté en deuxième lecture lors d’un prochain conseil d’arrondissement. Un avis sera ensuite publié par l’arrondissement. S’il n’y a aucunes oppositions de la part des citoyens, le projet ira de l’avant. Dans les meilleurs délais, la démolition de l’église pourrait se faire dès cet été; la construction du projet immobilier commencerait en septembre pour se terminer au printemps.

À l’opposé, si les résidents décident de s’opposer au projet, ils devront rassembler 12 signatures dans un délais de huit jours après la publication de l’avis afin de demander un référendum. « Je pense que c’est vers là qu’on s’en va, affirme Mme Domingue-Bouchard. Oui on va entreprendre un processus référendaire et, d’après nous, on va avoir nos 12 signatures. »

En fonction du nombre de signatures, l’arrondissement doit ensuite organiser un scrutin référendaire ou abandonner le projet.

Vendre ou louer

Si le projet est abandonné, deux avenues principales s’offrent au promoteur : revendre le terrain, à défaut de pouvoir y construire son projet, ou louer l’espace à une communauté religieuse. Dans les pires scénarios imaginés, le promoteur pourrait laisser à l’abandon le terrain et l’église qui s’y trouve.

Le président d’Idevco Mas, qui s’est présenté avec son équipe lors de la consultation publique, soutient avoir déposé plusieurs projets depuis trois ans avant d’en arriver, il y a moins de deux mois, à un consensus avec l’arrondissement sur son actuel projet de condos.

Idevco Mas a réalisé plusieurs projets de condominiums dans le secteur de Rosemont, dont un qui vient de se terminer sur la rue Garnier, juste en arrière du projet en question.

Vos commentaires
loading...