Publicité

Arrêt temporaire du projet de condo sur la rue Fabre

Immobilier
Église rue Fabre. Photo FB
L’église située au 6724 rue Fabre sera démolie si le projet immobilier va de l’avant. (photo : Facebook – Héritage Montréal)

Les préoccupations des citoyens ont été entendues par le promoteur immobilier qui a décidé de mettre le projet sur la glace le temps de trouver un terrain d’entente avec eux.

Lors d’une consultation publique à la mairie d’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, le 31 janvier dernier, des résidents s’étaient opposés au projet immobilier du promoteur Idevco Max désireux de préserver le lieu pour la communauté.

« On a bien vu que les citoyens avaient d’autres idées pour développer le projet », explique Pierre Guillot-Hurtubise, de la firme de relation publique Octane engagée par le promoteur immobilier. « On a donc convenu qu’on ferait une assemblée avec les voisins au début du mois de mars afin d’ouvrir le dialogue avec eux », ajoute-t-il.

Le promoteur, dont le projet est à l’étape de la modification du zonage, a l’intention de démolir l’église située au 6724 rue Fabre afin d’y construire 20 unités de copropriétés.

Le maire d’arrondissement, François William Croteau, a annoncé en début de séance du conseil d’arrondissement le lundi 12 février que la modification du zonage n’était plus au programme pour l’instant. « Nous retirons pour l’heure le projet, le temps que le promoteur et les citoyens puissent se parler, afin de trouver un projet qui fera la satisfaction de tous et de toutes », a-t-il affirmé.

L’un des résidents opposés au projet prévu, Alex Desrochers, se dit satisfait de la tournure des événements. « Maintenant que le projet est sur la glace, ça va nous donner le temps de s’organiser, témoigne-t-il. On va voir les propositions du promoteur et prendre le temps d’y réfléchir. »

Nouvelle motion non applicable

La nouvelle motion qui vise à protéger les lieux de cultes et institutionnels ne s’appliquera pas au projet de la rue Fabre, indique le maire de Rosemont-La Petite-Patrie. « On ne peut pas imposer une nouvelle politique rétroactive à un projet déjà déposé; il y aurait préjudice et on pourrait être passible de poursuite » explique-t-il.

Le maire ajoute cependant que la motion découle des réactions populaires observées lors de la présentation du projet immobilier. « On est sensible à ce qu’on a entendu cette soirée-là et on a décidé donc, pour toutes nouvelles demandes, d’appliquer cette nouvelle politique par rapport aux lieux institutionnels et de cultes pour nous assurer de ne pas revivre cette situation-là », souligne-t-il.

Suite des événements

Pour le moment, le lieu de la future rencontre n’a toujours pas été défini, car le promoteur souhaite organiser l’assemblée à proximité du lieu du projet afin de maximiser la participation des résidents.

Dans le cas d’une entente entre les deux parties, l’arrondissement ne prendra pas pour acquis uniquement l’avis du promoteur, selon le maire M. Croteau. « On va vouloir discuter de nouveau avec la population pour voir si les résidents sont à l’aise avec la nouvelle proposition et si c’est le cas, ça va nous faire plaisir d’aller de l’avant étant donné qu’on aura quelque chose d’acceptable », conclut-il.

Pour toute évolution au dossier, l’arrondissement en informera la population lors d’une consultation publique.

Vos commentaires
loading...