Publicité

Mais, d’où vient la Petite-Patrie?

Histoire
Claude Jasmin a produit plus de 50 bouquins depuis le début de sa carrière d'écrivain, dans les années 1950. (Photo: Thomas Jasmin - Wikipedia)
Claude Jasmin a produit plus de 50 bouquins depuis le début de sa carrière d’écrivain, dans les années 1950. (Photo: Thomas Jasmin – Wikipedia)

Quelle est l’origine du nom du quartier de la Petite-Patrie?

Le quartier, qui est historiquement délimité par les rues Hutchison (à l’ouest), Jean-Talon (au nord), d’Iberville (à l’est) et la voie ferrée du Canadien-Pacifique (au sud), n’a pas toujours porté ce nom. En fait, il est assez récent.

La Petite-Patrie vient directement du roman éponyme de Claude Jasmin, écrivain québécois célèbre, qui est aussi chroniqueur dans ce journal. Ce roman est paru en 1972 (Guy Saint-Jean éditeur), il a été adapté en un très populaire téléroman, qui fut diffusé de 1974 à 1976 sur les ondes de Radio-Canada.

Dans son roman, Jasmin évoque les souvenirs de son enfance au coeur d’un quartier populaire de Montréal. Il raconte ses jeux de ruelle et intercale faits historiques et l’atmosphère qui régnait entre 1946 et 1948, juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le téléroman, également scénarisé par Jasmin, va plus loin que le roman pour illustrer le quotidien d’une famille québécoise (canadienne française à l’époque) typique de la paroisse Sainte-Cécile. La famille habitait au 7068, Saint-Denis, juste au sud de Jean-Talon. Le triplex existe encore de nos jours et a conservé sa vocation résidentielle. Les principaux comédiens étaient Vincent Bilodeau, Jacques Galipeau, Louise Laparé, Christiane Pasquier, Louise Rinfret et Gisèle Schmidt. Quelques vedettes y ont fait des apparitions: Michel Forget, Edgar Fruitier, Gaston Lepage, Benoit Marleau, Jean-Pierre Masson, Yvan Ponton, Denise Proulx, Pierre Dufresne, Roger Lebel et Monique Mercure, pour ne nommer que ceux-là.

Quelques années plus tard, Claude Jasmin a révélé qu’il s’était inspiré d’un article du Devoir signé par Jean-Éthier Blais, portant sur un de ses livres, pour titrer son fameux roman. Le collaborateur du Devoir avait écrit que Jasmin était un esprit libre, ajoutant: «et c’est rare dans notre petite patrie». Claude Jasmin a publié une cinquantaine de livres et fut céramiste, acteur, marionnettiste, critique d’art, professeur d’histoire de l’art (moderne), pamphlétaire, chroniqueur de radio et de télévision, peintre (aquarelliste), illustrateur, scénographe de télévision, etc.

De la campagne à la ville

Avant les années 1900, le quartier ne comportait que des fermes et quelques carrières où se situent l’école Père-Marquette aujourd’hui. En 1892, une ligne de tramway qui relie le centre-ville au Sault-au-Récollet (Ahuntsic) est inaugurée, ce qui stimule l’urbanisation du quartier, qui s’est complétée dans les années 1930-40.

En 1905, le quartier, qui était la municipalité de la Petite-Côte, est intégré au village de Rosemont. Le nom de la Petite-Patrie fut conservé lors de la création de l’arrondissement, en 2002.

Aujourd’hui, le quartier est essentiellement résidentiel, sauf pour la section à l’ouest de Saint-Laurent, connue aussi sous le nom de Marconi-Alexandra, ou Mile-Ex, ainsi que le long de la voie ferrée et le secteur de la rue d’Iberville, au sud de Rosemont. La Petite-Patrie est desservie par cinq stations de métro: Rosemont, Beaubien, Jean-Talon, sur la ligne orange, et De Castelnau et Fabre, sur la ligne bleue.

Le quartier se gentrifie rapidement. Selon les derniers chiffres disponibles, plus de 40% de la population est composé de familles monoparentales et près de 20% d’immigrants. Plus de 35% des résidents vivent sous le seuil de faible revenu et 10% seraient sans emploi.

La Petite-Patrie est aussi reconnue pour le quartier de la Petite-Italie, berceau historique de l’immigration italienne, qui comprend une portion du boul. Saint-Laurent et du marché Jean-Talon, la Plaza Saint-Hubert, la rue Jean-Talon et ses commerces multi-ethniques, ainsi que la rue Beaubien Est, où loge le cinéma Beaubien. Fait moins connu, la Petite-Patrie abrite aussi une bonne partie des collections de la Bibliothèque nationale du Québec, qui a de vastes installations sur la rue Holt.

Le quartier abrite aussi l’Artothèque, une galerie qui offre le service de location d’oeuvres d’art, et la nouvelle bibliothèque Marc-Favreau.

Vos commentaires
loading...