Publicité

La Petite-Patrie aux couleurs de Projet Montréal

Politique
Projet Montréal
Projet Montréal a remporté tous les sièges dans Rosemont-La-Petite-Patrie. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Les candidats de Projet Montréal dans Rosemont-la-Petite-Patrie ont été élus cette année avec plus d’appuis que lors des élections de 2013 et 2009.

Le maire de l’arrondissement, François William Croteau, a récolté 68 % des votes, soit 4 565 de voix de plus que lors des dernières élections municipales de 2013, où il était rentré avec 58,9 %.

Une victoire d’autant plus importante puisqu’il faisait campagne contre son ancien collègue, Marc-André Gadoury, qui a décidé de quitter Projet Montréal en août 2015 pour se joindre à l’Équipe Denis Coderre. Celui-ci avait été élu une première fois comme conseiller du district Étienne-Desmarteau en 2009 avec Projet Montréal et avait convaincu 54,5 % des électeurs de l’élire à nouveau en 2013.

Une montée fulgurante

Il va s’en dire que la popularité de M. Croteau augmente d’année en année depuis son premier mandat en 2009. Alors sous la bannière de l’équipe Louise Harel avec Vision Montréal, François William Croteau avait reçu l’appui de seulement 35,5 % des citoyens. Une victoire serrée puisque ses opposants Patrick Cigana (Projet Montréal) et André Lavallée (Union Montréal) avaient reçu respectivement 32,7 % et 31,7 % des voix.

Même constat pour le conseiller du district de Saint-Édouard, François Limoges, qui débute aussi son troisième mandat. L’élu de Projet Montréal recevait 46,5 % des votes en 2009, 60,5 % en 2013 et a réussi dimanche à convaincre 77,2 % des électeurs à l’élire de nouveau, laissant son adversaire d’Équipe Coderre, Jack Y. Hallack, avec seulement 22,8 % des votes.

La nouvelle conseillère du district Étienne-Desmarteau, Stéphanie Watt, a aussi profité de la popularité montante de Projet Montréal dans le quartier en battant son adversaire de taille, Scott Mckay, en ramassant 67,4 % des votes. L’ex-chef du Parti Vert du Québec et ancien député du Parti Québécois n’a pas su convaincre les électeurs d’Étienne-Desmarteau de la pertinence de son expérience en tant que politicien, qui ont préféré élire une jeune candidate qui débute en politique.

Taux de participation à la baisse

Les électeurs de La Petite-Patrie ont été moins nombreux à se rendre aux urnes qu’en 2013. Environ 1,6 % des électeurs de Saint-Édouard et 3,5 % dans le district Étienne-Desmarteau manquaient à l’appel dimanche par rapport à 2013.

Depuis 2009, il s’agit de la première fois qu’un seul parti dirige le quartier de La Petite-Patrie.

À lire également : Le goût de la victoire 

Vos commentaires
loading...