Publicité

Projet Montréal opte pour des déplacements plus sécuritaires

Transport
déplacements
L’équipe de Projet Montréal dans Rosemont-La Petite-Patrie dévoile son « Plan de mobilité Vison zéro » pour sécuriser les déplacements actifs des citoyens dès novembre 2017. (photo : Image libre de droits — Pixabay.com)

L’équipe de Projet Montréal dans Rosemont-La Petite-Patrie s’engage à sécuriser les déplacements des citoyens.

Un Plan de mobilité active inspiré de la Vision zéro a déjà été rédigé à cet effet. Il s’appuie notamment sur des consultations en ligne et des ateliers menés auprès de 300 résidents du quartier. Ces derniers avaient été invités à « cibler les lieux problématiques lors de leurs déplacements à pied ou à vélo. »

« Pour nous, la Vision zéro accident, ce n’est pas juste un slogan, ça commence par des d’actions concrètes et efficaces », affirme le candidat à la mairie de Rosemont-La Petite-Patrie pour Projet Montréal, François W. Croteau, qui compte faire de Rosemont–La Petite-Patrie « le leader montréalais en matière de transport actif ».

Beaucoup de mesures

Projet Montréal ne nie pas que l’administration locale devra faire face à plusieurs contraintes étant donné le partage de compétences avec la Ville-centre. Rappelons que le réseau local montréalais est passé de 76 % à 48 % en janvier 2015, ce qui a mené près de la moitié des rues de l’arrondissement à être gérées par la Ville de Montréal.

Dans un document de plus de 100 pages, le parti local partage néanmoins plusieurs recommandations : aménagement de goulots d’étranglement, passages à mi-tronçon et chicanes sur les segments résidentiels et commerciaux pour réduire la vitesse des véhicules.

Il est également recommandé d’aménager un régime routier qui permettra de « rééquilibrer le partage de la chaussée » en diminuant le nombre de voies et leur dimension. « On transformera une rue à 4 voies en 3 voies, dont celle du centre est partagée afin de permettre les virages à gauche aux intersections ou remplacée par un terre-plein verdi », est-il expliqué dans le Plan de mobilité.

C’est en plus d’assurer une continuité dans l’aménagement de saillies de trottoirs, marquage au sol, dos d’âne, bandes verdies et panneaux d’arrêt obligatoire.

Penser la sécurité des cyclistes

Un exemple de sas vélo. (photo : Gracieuseté – Plan de mobilité Vison zéro de Projet Montréal Rosemont-La Petite-Patrie)

De leur côté, les déplacements des cyclistes pourraient entre autres être sécurisés avec des sas vélo, soit « une zone refuge clairement marquée au sol située devant la ligne d’arrêt des véhicules motorisés ». À Montréal, on compte seulement quelques sas vélo à cause du coût élevé que nécessite leur aménagement (entre 5 000 $ et 10 000 $ chacun). L’un d’entre eux peut être aperçu au coin de boulevard Saint-Laurent et de la rue Laurier sur le Plateau-Mont-Royal.

Projet Montréal recommande également des pistes unidirectionnelles et bidirectionnelles, des bandes cyclables et des chaussées désignées. Les endroits qui seront privilégiés n’ont pas été dévoilés pour le moment.

Il est toutefois précisé que Plan sera mis en oeuvre dès novembre 2017 et ciblera prioritairement les écoles et les parcs.

Le Plan de mobilité active Vison zéro de Projet Montréal peut être consulté via ce lien : bit.ly/PlanMobRPP

Vos commentaires
loading...