Publicité

Projet Montréal désire augmenter la participation citoyenne

Politique
Projet Montréal
Une partie de l’équipe de Projet Montréal dans Rosemont-La Petite-Patrie. De gauche à droite : François Limoges (candidat dans Saint-Édouard), Stéphanie Watt (candidate dans Étienne-Desmarteau), François W. Croteau (candidat à la mairie), Christine Gosselin (candidate dans le Vieux-Rosemont). (photo : Lindsay-Anne Prévost)

L’équipe de Projet Montréal dans Rosemont-La Petite-Patrie désire pousser l’engagement des résidents du quartier à un niveau supérieur en créant des « comités milieux de vie ».

« En offrant des espaces participatifs aux citoyens, on contribuera à renforcer le sentiment d’appartenance à la communauté ainsi qu’à favoriser l’enracinement des familles dans chaque quartier », est-il expliqué dans un communiqué.

Comités milieux de vie

À travers un processus de codesign et en collaboration avec des partenaires universitaires et des experts, les résidents de l’arrondissement pourront participer à l’aménagement du quartier et aux décisions d’investissements.

« Les comités de milieux de vie seront les plus à même de décider des aménagements et des installations qui bénéficieront le plus à leur secteur. Nous souhaitons leur donner les moyens de leurs ambitions », fait valoir François W. Croteau, candidat à la mairie de Rosemont–La Petite-Patrie pour un troisième mandat. Celui-ci affirme vouloir s’inspirer des ruelles vertes et mener les citoyens « à s’approprier leur milieu de vie » à un niveau supérieur.

Au total, 25 comités milieux de vie seront créés. Les citoyens participants bénéficieront d’une enveloppe budgétaire de 250 000 $ par année, soit 10 000 $ par comité, pour concrétiser des projets. Selon Projet Montréal, il « s’agit de l’une des plus grosses enveloppes pour un budget participatif jamais accordée dans les municipalités québécoises ».

Le nombre de citoyens qui pourront participer à cette initiative n’a pas encore été décidé. Le maire sortant affirme toutefois vouloir des « représentants de l’ensemble de la population », soit des hommes, des femmes, des jeunes, des aînés, des minorités visibles et des personnes à mobilité réduite.

Commissions permanentes

L’équipe locale de Projet Montréal dans Rosemont–La Petite-Patrie propose également de mettre en place des commissions permanentes à l’échelle de l’arrondissement. Des résidents et des organismes du quartier y seront chargés de faire des recommandations au Conseil d’arrondissement sur divers sujets. Un représentant de la majorité et de l’opposition y siègera également, en plus d’un représentant de l’administration.

« Nous voulons accorder une plus grande place aux résidents et aux organismes du milieu, car nous croyons que leurs visions et leurs idées nous aideront à prendre de meilleures décisions », affirme François William Croteau.

Il est à noter que cette initiative avait été annoncée en novembre 2016 sous le nom de « comités de quartier ». Selon M. Croteau, le nom a été changé afin d’éviter une confusion avec les tables de quartier qui sont pilotées par des organismes communautaires. « Nos comités milieux de vie, c’est tout simplement de la démocratie participative qui permet aux citoyens de participer aux décisions du conseil d’arrondissement. Donc, cela protège entièrement l’indépendance des tables de quartiers et maintient leur mandat », assure le candidat à la mairie.

Les commissions permanentes seront en vigueur pour toute la durée du mandat électoral, soit quatre ans.

Vos commentaires
loading...