Publicité

Développement du Mile-Ex : prévenir plutôt que guérir

Immobilier, Vie de quartier
Mile-Ex
Les lieux de culte seront seulement autorisés dans la zone où est située l’église évangélique de Gethsemané. (photo : Google Maps)

Rosemont-La Petite-Patrie désire interdire les usages « activité communautaire ou socioculturelle », « école d’enseignement spécialisé » et « lieu de culte » dans le secteur Marconi-Alexandra.

Par ce projet de règlement qui sera déposé au mois d’octobre pour adoption, l’arrondissement souhaite encadrer le développement du secteur et s’assurer que les usages des nouveaux établissements vont de pair avec la vocation désirée pour le Mile-Ex.

« La mixité industrielle, commerciale et résidentielle du secteur est fragile à maintenir. On veut accepter des projets de lieux de culte, d’écoles d’enseignement spécialisé, d’activités communautaires ou socioculturelles en tant que projets dérogatoires pour être capable de les intégrer sans nuire à la mixité actuelle », explique le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau.

Prévenir plutôt que guérir

Bien que Marconi-Alexandra soit déjà un secteur convoité, l’arrivée du campus Outremont de l’Université de Montréal risque d’attirer encore plus les foules. Face à cette évolution, l’arrondissement croit que des écoles d’enseignement spécialisé, des lieux de culte ou des centres d’activités communautaires et socioculturelles pourraient se montrer désireux de s’y installer. « Souvent ces types d’endroits amènent beaucoup d’achalandage automobile », remarque toutefois M. Croteau, qui souhaite prévenir les possibles nuisances pour les résidants et commerces situés autour.

Selon l’arrondissement, une telle règlementation mènera les usages liés à l’habitation à être « davantage » mis de l’avant « pour créer un milieu de vie agréable pour les citoyens ».

Le maire de Rosemont-La Petite-Patrie affirme également que ce projet de règlement permettra de s’assurer que les établissements n’exercent pas « des activités déguisées ».

« Une fois qu’ils obtiennent leur permis d’occupation, ça devient très difficile de leur retirer comme ce fut le cas pour les salons de massage, fait valoir François William Croteau. Il vaut mieux avoir un contrôle en amont pour s’assurer que tout est conforme et s’assurer que ça va venir bonifier les activités dans le secteur. »

Lieux de culte

Rosemont-La Petite-Patrie admet dans le sommaire décisionnel que « les activités liées au culte ne semblent pas poser de réels problèmes dans le secteur visé vu leur nombre très restreint ». Or, l’arrondissement craint que cette réalité change avec le développement de Marconi-Alexandra.

« De façon générale, les usages associés aux lieux de culte sont peu compatibles avec la vocation désirée pour le secteur qui vise à favoriser les emplois, la création et l’habitation. Ils pourraient même avoir pour conséquence l’effet inverse », est-il expliqué dans le sommaire décisionnel en ciblant « les nuisances éventuelles liées à l’augmentation de la circulation ».

Les usages associés au culte demeureront autorisés dans plusieurs autres secteurs de l’arrondissement

La proposition donne suite à l’adoption d’un Plan de développement urbain, économique et social (PDUES), qui vise « à assurer le positionnement économique et la vocation du secteur ».

Vos commentaires
loading...