Publicité

Débat au conseil sur le contingentement des débits de boissons alcooliques

Politique
contingentement
La possible levée du contingentement du débit de boissons alcooliques inquiète les élus de l’Équipe Coderre. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Le conseil d’arrondissement du 7 août a donné lieu à un débat sur le contingentement des débits de boissons alcooliques sur le boulevard Saint-Laurent.

Celui-ci a eu lieu au moment où le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, proposait pour adoption le second projet de règlement pour faire retirer le contingentement des débits de boissons alcooliques sur le boulevard Saint-Laurent, entre les rues Jean-Talon et Beaubien, ainsi que le contingentement des restaurants sur l’avenue Shamrock.

Un premier avis de motion avait été présenté au conseil d’arrondissement du 5 juin. Actuellement, un restaurateur désirant s’installer sur l’avenue Shamrock ne peut offrir de l’alcool à sa clientèle s’il est localisé à moins de 25 mètres d’un restaurant qui possède déjà un débit de boissons alcooliques. Sur le boulevard Saint-Laurent, entre les rues Jean-Talon et Beaubien, le même contingentement est de 50 mètres. « Plusieurs restaurants ont également un permis de bar, ce qui empêche l’implantation d’un ou deux projets intéressants qui viendraient dynamiser la rue », explique le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau.

Une levée favorable ?

Or, le conseiller du district Étienne-Desmarteau, Marc-André Gadoury, s’est montré mitigé vis-à-vis de cette proposition lors du conseil d’arrondissement. D’abord, parce qu’il n’est pas spécifié dans le sommaire décisionnel que la levée du contingentement sera temporaire. Ensuite, celui-ci craint que trop de restaurants et de bars aient accès à un permis. « Les gens qui vont se procurer un permis de bar suivant la règlementation vont se retrouver avec des droits acquis », s’inquiète le conseiller.

Une citoyenne du nom de Carla Aguirre s’est également présentée au micro pour faire valoir son inquiétude sur la tranquillité du secteur. « Pourriez-vous nous expliquer pourquoi une règlementation pouvant avoir un impact aussi grand sur la propreté du quartier, l’achalandage nocturne et la sécurité des citoyens qui habitent les rues environnantes n’a pas été le sujet d’une étude d’impacts et pourquoi il n’y a pas eu un budget visant à mitiger les impacts potentiels sur l’environnement ? » a demandé la résidente de Rosemont-La Petite-Patrie.

De son côté, le maire d’arrondissement assure ne pas vouloir « créer une rue de bars ». « Il s’agit seulement de lever le contingentement temporairement pour permettre à un ou deux projets de venir s’installer », rassure-t-il. M. Croteau cite en exemple une citoyenne qui désire ouvrir un bar à vins sur « la Main ». « Ce n’est pas ça qui va amener de jeunes fêtards de 18 ans à faire du bruit dans le secteur », croit le maire.

Si la règlementation est levée, les restaurants étant déjà installés sur l’avenue Shamrock pourront également faire la demande pour avoir un permis de débit de boissons alcooliques.

Un débat à suivre

Celui-ci garantit également que le contingentement entrera de nouveau en vigueur une fois que les quelques projets intéressants seront implantés. À cet effet, une proposition sera formulée lors d’un conseil d’arrondissement. « Je tiens à rassurer la population. C’est un engagement ferme », promet M. Croteau. Advenant « une contestation assez importante de la part de la population » et « un nombre suffisant de signatures pouvant mener à la tenue d’un référendum », le maire de Rosemont-La Petite-Patrie affirme qu’il est ouvert à revenir sur sa décision.

Une consultation publique s’est notamment tenue sur le sujet le 2 août dernier. Marc-André Gadoury déplore que celle-ci se soit tenue pendant les vacances de la construction. Selon lui, c’est pour cette raison que seulement une personne y a assisté.

M. Gadoury et sa collègue du Vieux-Rosemont, Érika Duchesne, ont voté contre l’adoption du second projet de règlement, qui a malgré tout été adopté à majorité.

Pour consulter les sommaires décisionnels, rendez-vous sur le site Internet de l’arrondissement. La captation en direct du conseil est archivée sur le site de webtv.coop.

 

À lire également : Conseil d’arrondissement : à la rescousse des locataires évincés

Vos commentaires
loading...