Publicité

Automobiles : contrecoups à la sécurité des ruelles

Environnement, Transport
ruelles
Pour éviter les contrecoups qui se font sentir sur le trafic routier, les automobilistes utilisent les ruelles comme transit malgré qu’il soit interdit de le faire à moins d’y résider et de circuler pour se stationner dans la cour arrière. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Malgré les multiples mesures en place pour sécuriser les ruelles, les problèmes liés à la circulation de transit demeurent d’actualité. Une ironique contradiction, qui est due à l’augmentation du nombre de véhicules motorisés.

« Nous sommes dans une situation où il y a de plus en plus de voitures chaque année et la moitié de notre espace urbain leur est dédié », explique Roberto Garcia, chargé de projet pour les ruelles vertes à l’Écoquartier de Rosemont-La Petite-Patrie.

Les véhicules en croissance

En effet, les plus récentes données de Montréal en statistiques révèlent que le nombre de véhicules motorisés a atteint son plus haut niveau à Montréal depuis 2004. Plus de 8 000 nouvelles voitures se sont ajoutées sur la route en 2014.

Même si on remarque que le nombre de véhicules de promenade a chuté de 0,83 % durant la même période, les usagers n’auraient pas délaissé leur automobile. Ils se seraient plutôt tournés vers des camions légers pour leur transport quotidien puisqu’on observe une hausse de 10 000 véhicules routiers de 4000 kg ou moins (fourgonnette, camionnette ou véhicule tout usage 4×4).

Par ailleurs, bien que le transport collectif et le vélo semblent de plus en plus populaires auprès des citoyens, la dernière enquête Origine-Destination 2013 de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) révèle une plus importante hausse du côté des déplacements en auto (15 %) que des transports collectifs (10 %).

Conflit d’usage

Pour éviter les contrecoups qui se font sentir sur le trafic routier, les automobilistes utilisent les ruelles comme transit malgré qu’il soit interdit de le faire à moins d’y résider et de circuler pour se stationner dans la cour arrière.

Bien que cela représente une partie du problème, M. Garcia souligne qu’un « conflit d’usage » sévit également dans certains cas entre les résidents de la ruelle qui possèdent une voiture et ceux qui n’en possèdent pas. « Certains vont se stationner en respectant le voisinage, mais d’autres circulent plus dangereusement », avait raconté la cofondatrice de Solon, Gabrielle van Durme, au journal La Petite-Patrie dans une entrevue accordée il y a quelques semaines sur le sujet.

Parfois, les résidents désireux d’apaiser la circulation dans la ruelle se heurtent au refus de leurs voisins. « Certains vont suggérer que le vote pour verdir la ruelle se fasse par nombre de voitures possédées plutôt qu’un vote par adresse civique », témoigne le chargé de projet.

C’est sans compter que la cohabitation peut être parfois difficile entre les résidents et les commerçants qui doivent recevoir leur livraison par la ruelle — souvent par faute d’espace à l’avant de la boutique. Une discorde était notamment survenue à cet effet dans la ruelle de Saint-Vallier/Saint-Denis en novembre 2016.

Favoriser la discussion

Alors que la diminution du nombre de véhicules sur la route ne semble pas être en voie de se faire, le seul moyen de venir à bout du problème serait de favoriser la discussion pour éviter les conflits d’usage estime Roberto Garcia. « Mais souvent, les voisins ne veulent pas se parler », remarque-t-il en précisant toutefois que le processus se fait habituellement dans le consensus.

À l’automne dernier, l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie a adopté une nouvelle enveloppe budgétaire de 540 000 $ destinée spécifiquement à la sécurisation des ruelles du territoire. Ainsi, 180 000 $ par année sont investis jusqu’en 2019 pour « bonifier les interventions permettant d’apaiser la circulation et ainsi d’améliorer la quiétude des résidants dans l’ensemble des ruelles ».

L’arrondissement a également annoncé procéder à l’analyse de 381 ruelles de son territoire « pour identifier les mesures de sécurisation les plus appropriées ». Les résultats seront connus à l’automne.

Vos commentaires
loading...