Publicité

Une nouvelle plateforme de démocratie participative verra le jour dans Gouin

Politique
démocratie participative
Le député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, travaille avec une partie de l’équipe de Québec solidaire à mettre en place une nouvelle plateforme de démocratie participative. (photo : Image libre de droits — Pixabay.com)

Le député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, désire mettre en place une plateforme de démocratie participative « sans précédent » d’ici l’automne.

Le député affirme ne pas pouvoir donner plus de détails pour le moment, mais il se dit « très excité par ce projet ». Lors d’une entrevue accordée au journal Pamplemousse Petite-Patrie, Gabriel Nadeau-Dubois a affirmé que la circonscription de Gouin servira de « laboratoire » à cette initiative « sans précédent », qui sera une première au Québec. « Ça va bousculer les manières de faire dans ce que font les députés de manière traditionnelle », insiste M. Nadeau-Dubois, qui travaille la mise en place de la plateforme avec une partie de l’équipe de Québec solidaire.

Celui-ci dit s’être basé sur des expériences internationales et des expériences personnelles pour développer le nouvel outil, qui possédera un volet technologique. « Tout en l’adaptant au contexte québécois et aux lois québécoises, car il y a quand même des contraintes légales », précise-t-il.

Puisque son bureau a déjà beaucoup de liaisons avec les groupes communautaires, le projet servira surtout aux citoyens du quartier. « Il y aura une possibilité pour chaque citoyen et citoyenne de Gouin de participer concrètement à la vie politique et au développement social de La Petite-Patrie », ajoute Gabriel Nadeau-Dubois.

Démocratie participative

En effet, la démocratie participative vise à renforcer la participation des citoyens à la prise de décision politique. Leur avis est sollicité par les élus afin que les décisions reflètent autant que possible la volonté du public.

Celle-ci peut se faire par plusieurs méthodes : création d’un comité-citoyens, concertations et consultations citoyennes, référendum et création d’un jury si on se trouve dans le monde juridique. Les comités de quartier créés dans Rosemont-La Petite-Patrie sont un autre exemple.

Depuis quelques années, plusieurs élus du monde entier utilisent le web afin de connaître l’avis des citoyens sur différents sujets. L’ancien président des États-Unis, Barack Obama, avait par exemple créé une section « Open for Questions » sur le site Internet Change.gov afin de connaître et pouvoir répondre aux principales préoccupations de la population américaine. Il avait également organisé des « house meetings » chez les gens, afin de récolter directement leurs commentaires et leurs idées.

À lire également : Gabriel Nadeau-Dubois : de militant à député

Vos commentaires
loading...