Publicité

Circulation sur la rue des Carrières: les résidents tirent la sonnette d’alarme

Transport
rue des Carrières
La rue des Carrières est utilisée par beaucoup d’automobilistes qui veulent contourner l’achalandage du boulevard Rosemont. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Plusieurs résidents s’inquiètent de la circulation de transit sur la rue des Carrières, qui prend de l’ampleur malgré plusieurs mesures d’apaisement.

La rue des Carrières est située entre le boulevard Rosemont et la voie ferrée du Canadien Pacifique. (photo : Capture d’écran — Google)

Selon leurs dires, de plus en plus d’automobilistes empruntent la rue des Carrières afin d’éviter les feux rouges et l’achalandage du boulevard Rosemont, ce qui provoque des engorgements à plusieurs endroits. Le problème se ferait surtout valoir le matin et le soir à l’heure de pointe. La circulation y serait également très rapide, « très souvent à plus de 40 km/h », selon un document élaboré par le comité citoyen pour l’apaisement de la circulation et le verdissement de la rue des Carrières et déposé au conseil d’arrondissement de mars 2011.

Depuis 2010, plusieurs mesures d’apaisement ont été mises en place pour remédier au problème. Parmi elles, on compte du verdissement, plusieurs campagnes de sensibilisation ainsi que la construction de dos d’âne et de saillies de trottoir. Le passage de camions lourds a également été interdit sur le viaduc des Carrières pour des raisons de sécurité.

Toutefois, au désespoir du voisinage, la problématique perdure et prend même de plus en plus d’ampleur depuis trois ans. Des camions lourds peuvent être aperçus malgré l’interdiction et certains automobilistes passent à toute vitesse sur les dos d’âne, ce qui cause « un bruit infernal » selon un citoyen. « Notre vision n’est pas de ne plus avoir de voitures. On veut un quartier tranquille pour pouvoir élever nos enfants. C’est un quartier où on vit, pas seulement un quartier où on passe », explique Anaïs Détolle, une résidente de la rue des Carrières.

Pistes d’interventions limitées

La vingtaine de voisins ont partagé leur opinion sur la problématique pendant plus de deux heures. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

C’est ainsi qu’une vingtaine de citoyens ont tenu une réunion le 5 juillet dernier afin d’envisager des pistes de solutions pour venir à bout du problème. Le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, s’est joint à la concertation afin de voir ce qui peut être fait par l’arrondissement pour apaiser la circulation. Deux membres de l’organisme Tandem Rosemont-La Petite-Patrie, qui s’occupe entre autres de la sécurité urbaine, étaient également présents afin d’élargir les pistes d’intervention.

Or, si tout le monde semble vouloir y mettre du sien, les solutions demeurent limitées puisque la rue des Carrières est considérée comme artérielle et relève donc de la Ville-centre. L’installation de radars, de feux de circulation ou l’implantation d’un sens unique sont quelques-unes des solutions qui ont été proposées par les citoyens, mais qui ont dû être écartées par le maire. « Sur une rue artérielle, l’arrondissement peut modifier la vitesse de circulation et faire de la signalisation comme l’ajout de passages pour les piétons, du marquage au sol et ajouter des bollards. Pour tout le reste, on doit demander l’autorisation à la Ville de Montréal », précise François William Croteau.

Selon lui, les problèmes de circulation seraient également causés par l’augmentation du nombre de résidents dans le secteur. « Il y a plus de logements, donc plus de gens qui habitent [le quartier] et, naturellement, plus de gens qui effectuent des transits sur la rue », fait valoir le maire de Rosemont-La Petite-Patrie en citant en exemple les tours d’habitation en construction au métro Rosemont.

Interventions à venir

Au cours des prochains mois, les résidents de la rue des Carrières continueront de poursuivre leur réflexion. Avec l’aide de Tandem, un événement citoyen verra probablement le jour sur une portion de la rue pour sensibiliser les passants.

Le voisinage sollicitera également l’aide de l’arrondissement pour s’adonner à une marche exploratoire. L’objectif de cette dernière est de réfléchir à l’accessibilité de la rue des Carrières pour les piétons, cyclistes, automobilistes et personnes à mobilité réduite. « On veut décongestionner la rue des Carrières, mais on ne veut pas déborder ailleurs et nuire au voisinage », a insisté l’une des résidentes lors de la soirée de concertation.

Plusieurs résidents de la rue des Carrières se sont dit déçus des interventions du conseiller du district Étienne-Desmarteau, Marc-André Gadoury. « Il est moins dans l’action qu’on aurait aimé », admet la résidente Nadia Aubert.

Vos commentaires
loading...