Publicité

Bisbille au conseil d’arrondissement

Politique
conseil d'arrondissement
La séance du conseil d’arrondissement a été levée suite à une querelle entre un résident et des élus. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Le conseil d’arrondissement qui s’est tenu hier soir a donné le ton à la campagne électorale qui s’amorce pour l’élection municipale du 5 novembre prochain.

La course électorale s’annonce rude entre le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, et le conseiller du district Étienne Desmarteau et membre de l’Équipe Coderre, Marc-André Gadoury. La prise de parole d’un résident a mené les deux élus à jouer des coudes.

La séance du conseil du 4 juillet s’annonçait pourtant calme avant les vacances. Aucune décision majeure n’était inscrite à l’ordre du jour, à l’exception de celles déjà annoncées par l’entremise des médias. Des chaises vides pouvaient également être aperçues dans la salle alors que d’habitude celle-ci est pleine à craquer.

Levée de la séance

Un dénommé Jacques Parent s’est présenté au micro pour faire part au maire de Rosemont-La Petite-Patrie d’un problème avec son domicile. Depuis que l’arrondissement a autorisé la démolition du logement voisin pour risque d’affaissement, sa résidence possède des problèmes d’isolation. Selon ses dires, il ne peut pas remédier au problème, car le propriétaire voisin l’empêche d’aller sur son terrain pour effectuer les travaux nécessaires. M. Parent a ainsi expliqué au maire qu’il ne comprenait pas pourquoi le logement avait été démoli, terminant par dire « qu’il ne serait pas bien à [sa] place ».

Croyant que le résident était en train d’accuser le maire et l’administration de patauger dans la corruption, le conseiller du district Saint-Édouard, François Limoges, a pris la parole pour le raisonner. « Êtes-vous en train d’accuser les membres de l’Assemblée d’avoir des intérêts avec le propriétaire de l’immeuble à côté ? Est-ce que c’est ce que vous êtes en train de faire ? », a-t-il lancé. L’interaction entre M. Parent et M. Limoges a ainsi provoqué la levée de la séance du conseil, sous le désespoir du maire qui tentait de calmer son collègue.

(photo : capture d’écran)

De son côté, Marc-André Gadoury s’est adressé au maire pour lui demander d’écouter le résident. M. Croteau lui aurait toutefois répondu par un « ta gueule ». Marc-André Gadoury a alors demandé à l’administration à ce que les propos du maire soient retranscrits dans le procès-verbal. Il s’est également empressé de rendre compte de l’injure sur la twittosphère.

Une fois que les élus eurent repris leurs esprits, le conseil d’arrondissement s’est poursuivi dans le calme. François Limoges est toutefois resté pendant une dizaine de minutes à l’extérieur de la salle, laissant entendre son indignation à travers la porte close.

Peu de questions sur La Petite-Patrie

Comme à l’habitude, peu de questions ont concerné La Petite-Patrie. Un résident, Pierre Provençal, a pris la parole pour s’interroger sur les mesures prises par les citoyens et l’arrondissement pour lutter contre les punaises de lit.

Une résidente de la rue des Écores, Danielle Bédard, s’est également présentée au conseil pour s’indigner de deux saillies de trottoir qui seront construites en béton plutôt que d’être végétalisées. Ces dernières avaient également provoqué la colère d’un jardinier du secteur, qui travaille depuis une dizaine d’années à verdir les carrés d’arbres de la rue. Son travail est toutefois mis à rude épreuve depuis la construction des dites saillies.

Pour consulter les sommaires décisionnels, rendez-vous sur le site Internet de l’arrondissement. La captation en direct du conseil est archivée sur le site de webtv.coop.

Vos commentaires
loading...