Publicité

Nos ancêtres draveurs en exposition

Culture
exposition
L’oeuvre de Mme Regout a été financée grâce à 150 parts vendues à 1000 $ chacune dans le milieu des affaires et auprès des citoyens de Gatineau. Ceux-ci possèderont une plaque à leur nom sur la sculpture, qui sera donnée au patrimoine canadien. (photo : Gracieuseté — A.B.C Stratégies)

Le 9 et 10 juin prochain, L’Artothèque accueillera une exposition qui plongera les citoyens dans une partie de l’histoire du Québec.

L’exposition, intitulée « Columbo 2017, La Rive des Bâtisseurs », sera présentée pour la première fois au public à l’occasion du 150e anniversaire du Canada. Pour son premier séjour, c’est à Montréal qu’elle atterrit et plus précisement à L’Artothèque, dans la Petite-Patrie.

Familles et passionnés d’histoire sont invités à se rendre au 5720, rue Saint-André pour en apprendre plus sur l’industrie forestière, nos ancêtres draveurs et cageux ainsi que sur Columbo, le premier train de drave qui est parti de Gatineau en 1806 à destination de Montréal. Il aura fallu 35 jours.

Une exposition inspirée d’une oeuvre

La sculpture « Dompteurs d’écueils » réalisée par Isabelle Regout. (photo : Gracieuseté – A.B.C Stratégies)

L’exposition est inspirée de la sculpture « Dompteurs d’écueils », réalisée par l’artiste gatinoise de renommée internationale Isabelle Regout. Faite de pierres volcaniques importées de Belgique et d’une grandeur de 3,2 mètres par 2 mètres, l’oeuvre met en scène les draveurs sur la rivière des Outaouais. Toutefois, celle-ci ne peut être déplacée à Montréal à cause de son poids de 350 kilos. Une maquette 3D la représentant pourra malgré tout être admirée.

Un autre volet de l’exposition sera consacré au processus de création d’une sculpture en pierre avec la présentation d’esquisses préparatoires et de l’outillage de l’artiste. Les visiteurs pourront également retrouver une maquette démontable de cage et une scène panoramique représentant un train de bois. « Les troncs d’arbres étaient découpés et assemblés pour former un radeau, ce qu’on appelait une cage. À partir des cages, ils créaient des trains de bois. Ça formait d’immenses navigations », explique Marie-Élise Louges, responsable des communications et des relations publiques pour A.B.C Stratégies, l’organisme sans but lucratif qui chapeaute la tournée de Columbo 2017.

Des projections de vidéos et des photographies d’archives inédites issues des collections du Centre d’interprétation de Maniwaki sont également au menu. « Ils ont une collection assez impressionnante de photos d’archives, notamment sur l’industrie du bois et sur la drave dans la région. Ça va permettre au public de comprendre plus facilement le cheminement de la coupe de bois jusqu’au transport », dit Mme Louges.

Riches échanges

Plusieurs conférenciers seront présents le 9 juin à 11 h : l’artiste Isabelle Regout, les historiens Pierre-Louis Lapointe et Roger Blanchette ainsi que l’ancien draveur qui a pagayé sur la rivière Manouane et sur le lac Châteauvert, Marcel Desaulnier. Le directeur de Diversité Artistique Montréal (DAM), Jérôme Pruneau et le directeur général de l’Association des artistes entrepreneurs de Montréal (AARTEN), Yves Agouri seront également présents.

Une visite guidée est organisée le 10 juin à 11h30, 13h30 et 14h30.

L’exposition continuera de se faire connaître plus tard dans l’été à Chicoutimi, Rimouski, Trois-Rivières et Québec.

Vos commentaires
loading...