Publicité

La Pâtisserie de Gascogne de Jean-Talon ferme ses portes

Économie
Pâtisserie de Gascogne. FB Gascogne
La dizaine d’employés ont été informés la veille de la fermeture de la succursale. (photo : Facebook Gascogne)

La pâtisserie a déclaré faillite en fermant ses sept succursales le jeudi 4 janvier. Parmi les 175 salariés touchés, ceux du marché Jean-Talon se retrouvent du jour au lendemain sans emploi.

Les employés de la pâtisserie située dans La Petite-Patrie ont été informés la veille et non le jour même, à l’instar de plusieurs employés des autres succursales à Montréal. Il s’agit tout de même d’une mauvaise surprise pour la dizaine d’employés de la succursale, ouverte depuis juin 2016.

Mel Goyer, une employée et déléguée syndicale de la succursale, a terminé son quart de travail mercredi soir dernier et a fermé boutique comme à l’habitude. Quelques heures plus tard, à 22 h 30, elle a reçu un appel l’informant que la pâtisserie faisait faillite et que les employés ne devaient pas se présenter le lendemain.

À travers la page Facebook qui regroupe les employés, elle a rapidement pu informer ses collègues dès la nouvelle reçue. « Sur le coup, c’était la panique », affirme-t-elle en ajoutant que tous se retrouvent sans emploi juste après la période des fêtes, qui gruge souvent le porte-feuille. La plupart sont des étudiants qui travaillent à temps partiel et ils sont nombreux à avoir mis les bouchées doubles durant le temps des fêtes en accumulant les heures supplémentaires.

Aucune indemnité

Le représentant du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC) affecté au dossier, Pierre Plante, affirme que l’employeur aurait l’intention de payer la dernière semaine de salaire, soit du 25 décembre au 3 janvier.

Cependant, les congés de maladie, les jours de vacances accumulés et autre indemnité ne seront pas versés. Par exemple, un employé qui aurait accumulé trois semaines de vacances payées, ne recevra pas la somme due par l’employeur, car ce dernier a déclaré faillite.

Selon M. Plante, les employés peuvent toujours entreprendre un recours individuel pour réclamer les sommes manquantes. Les licenciés ont 56 jours à compter de la date de faillite de l’entreprise pour faire leur réclamation, selon un document de la Commission des normes du travail. Dans le cas d’une réponse positive de Service Canada, les salariés devront encore attendre un certain délai avant de recevoir un versement.

Transfert des employés

Le syndicat travaille actuellement sur un plan pour relocaliser certains employés des succursales des Pâtisseries de Gascogne. Pour l’instant, les nouvelles sont plutôt positives selon Alain Lachaine, président de la section locale 501 du syndicat, qui affirme avoir déjà reçu des appels d’entreprises qui cherchent de la main-d’œuvre.

On ignore toujours quels employés et combien seront concernés par ce plan de transfert. Questionnée sur les possibilités d’être relocalisée, Mel Goyer affirme n’avoir reçu aucune information à ce sujet depuis l’annonce de la faillite.

Vos commentaires
loading...