Publicité

La Maisonnée célèbre la diversité au sein du quartier

Communautaire, Vie de quartier
Fête Maisonnête Maisonnée. Photo Micheline Nalette
De nombreux enfants étaient présents à la fête interculturelle de fin d’année de La Maisonnée. (photo : Gracieuseté Micheline Nalette)

La fête était au rendez-vous le vendredi 15 décembre dans le sous-sol de l’église Saint-Arsène située dans La Petite-Patrie. Tous semblaient avoir répondu à l’invitation de l’organisme à venir célébrer en grand la traditionnelle fête interculturelle de fin d’année.

Dès le début de la soirée, de nombreux enfants s’amusent en jouant avec leurs ballounes en forme d’épée, sous le regard attendri de leurs parents attablés à l’une des longues tables installées pour l’occasion. Sur la scène, des spectacles de danse et de musique québécoises traditionnelles s’enchainent avec des performances de percussions africaines, ainsi que des chants interprétés par la formation Soleil de Syrie.

Pleine d’énergie, une intervenante sociale de La Maisonnée, Zina Laadj, se promène dans la salle en s’arrêtant pour jaser avec une famille, en accueillir une autre et s’assurer que l’ambiance est à la fête. De nombreux bénévoles s’activent également dans la salle pour servir les repas, amuser les enfants et orchestrer les différents spectacles offerts aux participants.

Organisme local dans La Petite-Patrie pour l’accueil des immigrants, La Maisonnée organise depuis 38 ans cette soirée festive dédiée aux familles nouvellement arrivées dans le quartier. En tout, 300 personnes sont attendus par l’organisme cette année. En effet, la salle décorée de guirlandes scintillantes et de lumières de Noël se remplit à partir de 18 h.

Il s’agit également d’une occasion de célébrer le temps des fêtes avec les nombreuses personnes qui côtoient de près ou de loin l’organisme.

Les « jumelées »

Istallées autour d’une table ronde, Chantal et Amparo discutent en dégustant le repas composé de mets issus de différentes cultures, servi par l’organisme. Mme Laadj présente les deux femmes comme ses deux « jumelées ». Celles-ci cohabitent depuis maintenant un an et demi. C’est dans le cadre du programme Habitations Partagées qu’elles se sont rencontrées.

Pour Chantal, la présence d’Amparo a permis de combler un vide dans son appartement, bien qu’elle ne se considère pas tellement comme faisant partie des personnes isolées visées principalement par le programme. Du côté de la jeune Colombienne, la cohabitation lui a permis d’avoir un encrage sécuritaire et rassurant alors qu’elle venait tout juste d’arriver et connaissait peu la ville. Vivre avec une Québécoise lui permet à présent d’en apprendre davantage sur les mœurs et coutumes de la province.

Une occasion d’être ensemble

Leur cohabitation se déroule depuis dans le respect et l’ouverture d’esprit. « On prend le temps d’aller au cinéma, de manger ensemble parfois, des choses simples », témoigne Chantal, qui a découvert plusieurs points en commun avec sa colocataire.

La soirée organisée par La Maisonnée est une autre occasion pour les deux femmes de passer du bon temps ensemble. Complices, Chantal et Amparo profitent de la fête en observant d’un air amusé les danseurs de rigodon vêtus à l’ancienne.

Vos commentaires
loading...