Publicité

La SODER célèbre 20 ans de vivre ensemble

Communautaire
Ruelle verte. FB Arrond RosePatrie
Le quartier de Rosemont-La Petite-Patrie compte à présent 108 ruelles vertes, en partie grâce à la SODER. (photo : Page Facebook Arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie)

Organisme central dans le verdissement du quartier, la Société de développement environnemental de Rosemont (SODER) fête, cette année, deux décennies d’action et d’implication citoyenne.

Quelques mois après sa fondation en 1997, l’organisme participait au ramassage des branches d’arbres cassées sur le sol, à la suite de la crise du verglas. Il s’agissait d’un de ses premiers mandats.

À présent, on retrouve l’influence de la SODER un peu partout dans l’arrondissement. Notamment, à travers les programmes l’Écoquartier et Tandem, dont elle est mandataire. L’implantation de jardins communautaires, l’instauration des bacs à compost, l’annuelle Écofête et les murales présentes dans différentes ruelles vertes sont quelques-unes de ses réalisations.

L’organisme a toujours été « un facilitateur d’initiatives citoyennes », selon Mikael St-Pierre, directeur à la SODER. Il a permis, entre autres, d’accélérer des projets comme Lange Bleu, qui offre des services de couches réutilisables, et Raddar, un plateforme de stratégie en développement durable.

De nombreuses ruelles vertes

La SODER peut se féliciter d’avoir participé au verdissement de 108 ruelles dans le quartier. « Le tiers de celles de Rosemont-La Petite-Patrie sont des ruelles vertes! », s’exclame Mikael St-Pierre.

Bien que les premières ruelles vertes datent de 1980, l’organisme s’est longtemps mobilisé pour obtenir un « cadre clair », qui viendrait faciliter le financement et l’aménagement d’espaces verts. Depuis 2011, il se dit « très fier » de pouvoir aménager celles de « deuxième génération ».

La SODER ne compte toutefois pas s’asseoir sur ses lauriers. À peine les 20 chandelles soufflées, elle a déjà de nombreux projets en tête afin de maximiser le vivre ensemble, qui caractérise désormais l’essence de l’organisme.

Les ruelles 2.0

Depuis quelque temps, la SODER réfléchit d’ailleurs à l’évolution des ruelles vertes en ruelles circulaires. « Oui, la ruelle verte, c’est un projet environnemental, explique M. St-Pierre, mais avec le temps, on se rend compte que ça crée également des milieux de vie. »

Boites de partage, séances de cinéma en plein air et débats politiques; ce sont quelques exemples d’initiatives « ultras locales » pouvant émaner de ces espaces verts, selon le directeur.

Le concept de ruelles circulaire, appelé « ruelles 2.0 » à l’interne, viserait à renforcer ce partage et cette collaboration entre les résidents du quartier. « On pense à des thèmes comme l’alimentation, où on pourrait aménager des espaces de culture axés sur la production et des infrastructures communautaires pour le compost et la transformation alimentaire », explique M. St-Pierre.

 Une suite à Viaduc 375

S’il y a un projet que le directeur à la SODER aimerait mettre en place, ce serait l’instauration d’une promenade piétonne à long terme sur le viaduc de l’Avenue Van Horne. « Il y a deux ans, on nous disait que ce n’était pas possible », affirme-t-il. « Comme on l’a fait cette année, selon moi, il n’y a rien d’impossible ! », ajoute-t-il, en parlant de celle qui a été mise en place temporairement lors de l’évènement Viaduc 375.

En effet, l’idée s’est concrétisée dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal. Pendant une semaine en octobre dernier, une promenade piétonne avait été organisée sur le viaduc par la SODER, en collaboration avec Les Amis du Champ des Possibles, Mémoires du Mile-End et l’artiste Laurence Grandbois-Bernard.

Vos commentaires
loading...