Publicité

Journée d’action contre les violences envers les femmes

Vie de quartier
6 décembre #moiaussi. Photo Facebook Écho des femmes 2
Très tôt le matin du 6 décembre, 11 femmes ont placé une bannière sur le viaduc Saint-Denis pour dénoncer les violences faites aux femmes. (photo : Page Facebook Écho des femmes de La Petite-Patrie)

Des rubans blancs seront distribués par les organismes de la Coalition 8 mars de La Petite-Patrie, le mercredi 6 décembre au métro Beaubien, pour sensibiliser les citoyens aux violences faites aux femmes et revenir sur le mouvement #moiaussi.

L’action s’inscrit dans le cadre de la journée nationale de commémoration et d’action contre les violences faites aux femmes. Depuis 1991, cette journée souligne le féminicide de 14 jeunes femmes à l’École polytechnique de Montréal en 1989.

« Cette année on trouvait important le fait de souligner le mouvement #moiaussi. On a vu, encore une fois, que les violences faites aux femmes perdurent. », affirme Susana Ponte Rivera, intervenante communautaire à l’Écho des femmes de La Petite-Patrie. Elle fait ainsi référence à la récente campagne de dénonciation d’agression sexuelle survenue sur les réseaux sociaux en octobre dernier.

L’intervenante communautaire nomme également l’importance de parler de violence au pluriel. Elle soutient que les femmes vivent de nombreuses violences en énumérant, entre autres, les agressions sexuelles, les agressions physiques et la violence sociale comme la pauvreté.

Toutes les femmes

« C’est une journée de commémoration, mais également une journée d’action et on souhaite inclure toutes les femmes », annonce Mme Ponte Rivera, qui soutient que les violences peuvent être différentes selon beaucoup de caractéristiques comme l’âge ou l’orientation sexuelle.

Elle soutient que les femmes autochtones et les immigrantes sont d’ailleurs plus à risque d’être victimes de violences. « Même si on sait que toutes les femmes vivent de la violence […], ces femmes vivent des violences spécifiques », explique l’intervenante communautaire.

Évènements prévus

Comme lors des années précédentes, des rubans blancs seront distribués aux passants au métro Beaubien en début de soirée par des membres de la Coalition 8 mars de La Petite-Patrie. Formée par l’initiative de l’Écho des femmes de La Petite-Patrie en 1996, la coalition regroupe sept organismes communautaires du quartier.

Les passants pourront également laisser leur coordonnée afin d’exiger des élus un renforcement du contrôle des armes à feu au Canada, une initiative de PolySeSouvient.

Les citoyennes seront par la suite invitées à une discussion sur l’importance du devoir de mémoire de la lutte des femmes. « C’est important de se souvenir de celles qui ont lutté avant nous, parce que ça ne se fait pas tout seul. Quand il y a des gains, c’est qu’il y a eu des luttes collectives », conclut Susana Ponte Rivera, intervenante communautaire à l’Écho des femmes de La Petite-Patrie.

La sociologue féministe et auteure du livre J’haïs les féministes : Le 6 décembre 1989 et ses suites, Mélissa Blais, animera la rencontre.

Les évènements du 6 décembre viendront ainsi clore les 12 jours d’action contre les violences envers les femmes, organisés chaque année par un comité regroupant une dizaine d’organismes.

Vos commentaires
loading...