Publicité

Une nouvelle épicerie solidaire de Noël dans La Petite-Patrie

Communautaire, Vie de quartier
Pexels.com : Épicerie solidaire
L’année dernière, le Magasin-Partage de La Petite-Patrie a accueilli environ 265 ménages. (photo : Pexels.com)

Le Magasin-Partage de Noël fait peau neuve cette année et devient l’Opération des fêtes de La Petite-Patrie 2017. Le Centre de ressources et d’action communautaire de La Petite-Patrie (CRAC-PP) explique ce changement par un besoin de se retirer du Regroupement Partage qui chapeaute les différents Magasins-Partage.

L’opération Magasin-Partage de Noël de La Petite-Patrie, coordonnée chaque année par le CRAC-PP depuis 1996, offre une épicerie solidaire temporaire, et ce, durant environ deux jours afin de permettre aux plus démunis du quartier de se préparer pour le temps des Fêtes. Cette année, le CRAC-PP a pris la décision de ne pas répéter l’expérience et de proposer une nouvelle formule, mieux adaptée au quartier.

L’organisme prépare déjà depuis des mois la mise en place d’une épicerie solidaire à longueur d’année, Le Panier engagé, dont le lancement officiel est prévu après les fêtes. Lors d’une réunion avec d’autres organismes, l’idée a donc été lancée d’organiser une formule semblable au Magasin-Partage, mais cette fois d’une manière indépendante avec leur propre épicerie solidaire.

« On s’est dit : pourquoi on n’encouragerait pas la ressource qu’on est en train de mettre sur pied? Avec Le Panier engagé, on a déjà toute l’infrastructure qui est en place! », s’enthousiasme Nathalie Bouchard, directrice générale du CRAC-PP. Elle ajoute que la mise sur pied d’une épicerie temporaire peut parfois s’étaler sur trois jours.

Ancienne formule trop exigeante

Chaque année, lorsqu’il s’agissait d’orchestrer l’annuel Magasin-Partage, l’organisme percevait un essoufflement, non seulement de leur part, mais aussi de celle des autres organismes du quartier.

« C’était beaucoup d’organisation et d’énergie pour une épicerie de seulement deux jours », souligne Alexandra Elena Cadar, de la Pastorale sociale Petite-Patrie, membre du comité organisateur.

De son côté, Mme Bouchard affirme avoir dû mettre les bouchées doubles, voire triples lors du Magasin-Partage de l’année dernière : « D’année en année, nous étions l’organisme porteur de l’événement. Souvent, les autres organismes du quartier se défilaient et ça devenait seulement la responsabilité du CRAC. »

Elle explique ce phénomène par la grosse charge de travail qu’implique l’organisation d’une épicerie solidaire temporaire encadrée par le Regroupement Partage. Selon l’expérience du CRAC-PP, les organismes doivent se préparer parfois huit mois en avance pour l’événement et participer aux réunions mensuelles du réseau. Celui-ci organise également des levées de fonds et demande l’implication de chacun des organismes coordonnateurs.

Achat des denrées alimentaires

 Lorsque le CRAC-PP organisait un Magasin-Partage dans La Petite-Patrie, il recevait une aide de la part du Regroupement Partage, auquelle il n’aura désormais plus accès.

« On fournit 80 % des denrées alimentaires aux différents Magasins-Partage, informe Sylvie Rochette, directrice générale et cofondatrice du Regroupement Partage. Cette année, ils ne pourront pas avoir notre soutien. Ils ne pourront pas non plus avoir notre soutien médiatique » se désole-t-elle.

Nathalie Bouchard n’y voit cependant pas d’inconvénient, en assurant que l’organisme devait débourser pratiquement 10 000 $ chaque année pour les achats de nourriture.

« En fait, le financement de cette année va être le même que l’année dernière, soutient-t-elle. Sauf que l’année dernière, je devais faire mes achats chez le fournisseur alimentaire Mayrand – partenaire du Regroupement Partage – et que cette année les 10 000 $ iront indirectement au Panier engagé. »

Changement de formule

Les années précédentes, le Magasin-Partage ouvrait pendant environ deux jours. Les gens ayant pris rendez-vous au préalable avaient la possibilité de faire leurs courses en ne déboursant que 10 % de la valeur de leurs achats, pour un maximum de 15 $.

Cette année, l’épicerie solidaire ouvrira du 18 décembre à la fin janvier et chaque ménage devra débourser 3 $ pour l’inscription à l’Opération des fêtes de La Petite-Patrie 2017. En échange, il recevra un panier de denrées alimentaires offert par la banque alimentaire Moisson Montréal, ainsi qu’une carte-cadeau pour l’épicerie solidaire Le Panier engagé, à dépenser librement pendant le mois.

 

Vos commentaires
loading...