Publicité

La cohabitation pour contrer la crise du logement

Immobilier
logement
La Maisonnée remet en place un programme de cohabitation intergénérationnelle et interculturelle. (photo : Image libre de droit – Pixabay.com)

L’organisme La Maisonnée remet en place un programme de cohabitation intergénérationnelle et interculturelle afin de contrer la crise du logement dans La Petite-Patrie.

Les citoyens ayant une chambre disponible sont ainsi invités à partager leur logement avec un nouvel arrivant ou une personne aînée. « Les personnes aînées ont besoin d’être le moins isolées possible et d’avoir une autre personne avec eux. Pour leur part, les nouveaux arrivants veulent parler français, connaître l’accent québécois, s’imprégner et mieux comprendre la société pour gagner du temps dans l’intégration », explique Zina Laadj, intervenante sociale à La Maisonnée et responsable du projet nommé « Les Habitations Partagées ».

Selon elle, ce programme permet d’améliorer les conditions de vie et d’habitation tout en favorisant les rencontres culturelles et les nouvelles amitiés. « Pour les personnes qui hébergent, ça permet de se rendre utile, de faire des activités. C’est un partage », fait valoir Mme Laadj.

« Cela met de la vie dans l’appartement quand je me lève le matin et je comprends mieux certaines différences dans les valeurs, les perceptions et les comportements que nous pouvons communiquer et cela vient nous enrichir mutuellement », témoigne par communiqué Mme Moran, une accueillante du projet.

Conditions

Les citoyens de tous les âges sont invités à participer, à la condition d’être ouverts, curieux et prêts à partager. « Ce n’est pas une colocation. C’est une cohabitation. Il faut être prêt à donner un peu de son temps et à être en interaction », souligne l’intervenante en faisant néanmoins valoir que le programme s’adresse également aux étudiants arrivés de l’extérieur de la grande région de Montréal.

L’échange et le partage peuvent prendre différentes formes selon les besoins. L’encadrement professionnel, la fiche de cohabitation, les antécédents judiciaires, la visite du logement, l’entente de cohabitation et le suivi du service de jumelage sont coordonnés sans frais par La Maisonnée. Des activités culturelles sont également organisées auprès de l’organisme afin de souder les nouveaux liens d’amitié.

Afin d’éviter certaines problématiques, le jumelage ne peut être fait qu’entre individus du même sexe. « Il ne faut pas que ça soit des cas d’urgence et qu’il y ait de problèmes reliés à la santé mentale ou de grande dépendance. La personne doit être autonome », ajoute Zina Laadj. La cohabitation doit être en vigueur pour un minimum de six mois.

Le coût du logement est quant à lui laissé à la discrétion du locataire et du locateur. « Ce n’est pas exorbitant. En général, on tient compte de la grandeur, si la chambre est meublée et s’il y a le wi-fi. Il ne faut pas que le prix soit la motivation à participer au projet », précise Mme Laadj.

Aînés isolés

Le programme s’inscrit dans la démarche des Municipalités Amie des Aînés (MADA) de la Ville de Montréal. Il avait été mis en place une première fois dans les années 2000, mais avait dû être arrêté suite à l’absence de financement. Or, puisque les difficultés de trouver un logement dans La Petite-Patrie gagnent de nouveau l’actualité, La Maisonnée a réussi à obtenir un nouveau financement pour le projet.

Selon les dires de Mme Laadj, la cohabitation intergénérationnelle s’est elle-même imposée comme une tendance dans le projet. Rappelons qu’une enquête menée par l’organisme L’Écho des femmes de La Petite-Patrie a révélé que beaucoup de femmes aînées du quartier vivent dans l’isolement. Tel-écoute/Tel-aînés a également affirmé en mars dernier avoir remarqué une augmentation de l’isolement et de la pauvreté chez les aînés qui font appel à leurs services.

En savoir plus

Pour obtenir plus d’informations sur Les Habitations Partagées ou pour participer au programme, veuillez communiquer à La Maisonnée auprès de Zina Laadj au 514 271.3533 ou par courriel [email protected].

À lire également : Les femmes aînées du quartier en manque de services

Vos commentaires
loading...