Publicité

Avenir du site Bellechasse : un drapeau symbolique est posé

Communautaire, Vie de quartier
site Bellechasse
Le site Bellechasse fait objet de discussions depuis une dizaine d’années. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Le Comité logement de La Petite-Patrie a tenu une manifestation mercredi en fin d’après-midi pour réclamer une réserve foncière des terrains publics du site Bellechasse.

La manifestation s’est tenue aux alentours du site Bellechasse. (Photo : Lindsay-Anne Prévost)

« Moins de condos, plus de logements sociaux », ont scandé la trentaine de personnes présentes à la marche éclair, qui s’inquiètent que le terrain où loge le Centre de transport (CT) Saint-Denis situé à l’intersection de la rue du même nom et de la rue de Bellechasse soit vendu à des promoteurs privés.

Le site d’une superficie de 37 000 m² appartenant à la Société de transport de Montréal fait l’objet de nombreuses discussions depuis environ une dizaine d’années puisqu’il est l’un des seuls à pouvoir être encore développé dans La Petite-Patrie.

Un Programme particulier d’urbanisme (PPU) préliminaire a été déposé publiquement en 2013 par l’arrondissement. Celui-ci suggérait d’utiliser le site pour construire des logements sociaux, des espaces verts, des locaux, des équipements collectifs et même une école, ce qui avait grandement suscité l’enthousiasme des organismes communautaires et citoyens du quartier.

Pour se faire, il était prévu que la STM échange le site Bellechasse à la Ville de Montréal contre un autre terrain. Or, selon les dires du Comité logement de La Petite-Patrie, le terrain en question a été vendu, ce qui mène la STM à pouvoir vendre le site au prix du marché à l’instar du prix de l’évaluation foncière.

« Le terrain va donc coûter plus cher et la Ville de Montréal ne pourra pas se l’offrir », s’indigne le maire sortant de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau.

Aucune garantie

Celui-ci, comme tous les autres élus de Rosemont-La Petite-Patrie, s’inquiète que le site Bellechasse se retrouve entre les mains d’un promoteur privé. « Il va avoir toute la marge de manoeuvre pour négocier avec l’arrondissement les parcelles du terrain alors que si c’est un terrain de la Ville de Montréal, c’est nous qui allons décider où va être l’école, le parc, le centre communautaire et combien de logements sociaux il va y avoir », explique M. Croteau.

C’est surtout qu’aucune garantie n’a été donnée pour que le site Bellechasse reste propriété publique. Selon le Comité logement de La Petite-Patrie, le PPU aurait même été balayé du revers de la main. « L’administration a parlé de faire un stationnement incitatif alors qu’il n’a jamais été question de ça », témoigne le coordonnateur de l’organisme, Martin Blanchard.

Malgré cette rumeur, le candidat dans le district Étienne-Desmarteau pour Équipe Denis Coderre, Jack Hallak, était sur place. Questionné à savoir ce qu’il faisait à une manifestation organisée contre le parti qu’il représente, celui-ci a affirmé au journal La Petite-Patrie qu’il était en faveur des logements sociaux. « Il faut de la mixité sociale », a répété à de nombreuses reprises le candidat.

Pour les organismes communautaires de La Petite-Patrie présents à la marche, la manifestation est une manière de poser un drapeau symbolique sur le site. « On va demander à ce qu’il y ait une réalisation dans les promesses qui ont été faites. Et à ce moment, la lutte va commencer » anticipe M. Blanchard.

À lire également : L’avenir du centre de transport Saint-Denis inquiète les élus

Vos commentaires
loading...