Publicité

Les dessous du nettoyage printanier

Environnement
nettoyage printanier
Le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, a invité les représentants des médias à découvrir les dessous de l’opération de nettoyage printanier dans l’arrondissement, par une visite guidée de la cour de voirie avec l’armada dédiée aux opérations. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Qui dit printemps, dit ménage et les rues de Rosemont-La Petite-Patrie n’y échappent pas. Découverte des dessous de cette opération printanière.

Laves-trottoirs, balais de rue, camions tasseurs, camions-citernes, véhicules aspirateurs. Au total, c’est une trentaine d’appareils de nettoyage qui peuvent être retrouvés dans la cour de voirie, située au 1220, rue des Carrières dans La Petite-Patrie.

Depuis la mi-avril, ces derniers multiplient leurs entrées et leurs sorties pour procéder au nettoyage des rues, des pistes cyclables ainsi qu’à l’entretien des trottoirs sur l’ensemble du territoire. La poussière, la gravelle et la saleté laissées par la neige sont trop abondantes pour effectuer le ménage en un seul parcours.

« C’est pour cette raison qu’il y a des citoyens qui remarquent que le camion n’est toujours pas passé et qu’ils ont dû déplacer leur voiture pour rien », explique le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, en ajoutant que l’hiver 2016-2017 a engendré beaucoup de saleté à cause du gel et du dégel répétitif.

Les pistes cyclables

Les 66,5 kilomètres de voies cyclables retrouvées dans l’arrondissement ne sont pas épargnés de l’opération. L’arrondissement possède même un mini balai dédié spécialement à leur nettoyage.

M. Croteau assure que les équipes de la voirie font leur possible pour enlever la gravelle qui peut y être retrouvée et que cela fait partie de leurs priorités.

« S’il y a trop de gravelle sur les voies cyclables, c’est très dangereux pour le dérapage. Ça met la vie des cyclistes en danger et ça augmente la difficulté de cohabitation avec les automobilistes », craint-il.

Entretien régulier : changements à venir

Le nettoyage de l’arrondissement se poursuit jusqu’à la mi-mai et fera ensuite place à l’entretien régulier. Dès l’été 2017, ce dernier se fera désormais qu’une seule fois par semaine au lieu de deux sur certaines rues de l’arrondissement, a appris le journal La Petite-Patrie.

« Il y a des rues, comme Chateaubriand, où on passe deux fois par semaine. C’est complètement inutile et ça force les citoyens à déplacer leur voiture deux fois par semaine pour chaque côté de la rue. C’est un peu trop, justifie François William Croteau. Il y a aussi des endroits où les camions passent à des heures qui sont problématiques pour les citoyens et certains commerces. »

L’arrondissement travaille actuellement à revoir le parcours de balais sur l’ensemble du territoire de Rosemont-La Petite-Patrie.Le nettoyage des graffitis, quant à lui, débutera sous peu ; une fois que la météo se maintiendra autour de dix degrés Celsius.

Coût des opérations

Le coût des opérations est « très difficile à évaluer », notamment parce que les cols bleus travaillent à la réparation des puisards et des nids de poule lorsqu’ils ne sont pas en fonction au nettoyage.

« Cela fait partie de nos opérations quotidiennes, avec une certaine partie en temps supplémentaire (comme en déneigement). Nous avons déjà en main l’équipement et, chaque année, nous louons quelques appareils supplémentaires et en achetons un ou deux, question de roulement de flotte de véhicules », explique Serge Fortin, chargé de communication à l’arrondissement.

Vos commentaires
loading...