Publicité

Gabriel Nadeau-Dubois sera candidat dans Gouin

Politique
Gabriel Nadeau-Dubois
Gabriel Nadeau-Dubois était courtisé par Québec solidaire depuis un bon moment déjà. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

L’ancien porte-parole de la CLASSE en 2012, Gabriel Nadeau-Dubois, sera candidat pour Québec solidaire dans la circonscription de Gouin en vue de l’élection partielle, dont l’investiture est prévue le 26 mars prochain.

Le jeune homme de 26 ans a annoncé jeudi matin lors d’une conférence de presse au musée Pointe-à-Callière qu’il désire également devenir l’un des porte-parole de Québec solidaire.

« Aujourd’hui, je fais le choix de me joindre à un parti politique. Je le fais pour trois raisons, toutes aussi importantes les unes que les autres. Parce que je suis de gauche, parce que je suis indépendantiste, et parce qu’il est temps de mettre fin au blocage politique au Québec », a lancé d’emblée Gabriel Nadeau-Dubois.

Proximité avec les citoyens 

L’ancien leader étudiant affirme vouloir « s’inspirer de la proximité exceptionnelle » que possédait Françoise David avec les résidents de la circonscription.

« C’est quelque chose qui a été reconnu par ses électeurs, qui l’ont élu avec une majorité impressionnante à plusieurs reprises, mais c’est quelque chose qui était reconnu aussi par presque tout le monde sur la scène politique. Là-dessus, je veux m’inspirer directement de Françoise David. J’ai encore quelques semaines devant moi avant que la partielle dans Gouin soit déclenchée et je vais utiliser ce temps-là pour apprendre à connaître le comté, pour rencontrer les organismes communautaires et les résidents », a admis le jeune homme.

Il a notamment souligné vouloir emménager dans Rosemont-La Petite-Patrie dans les prochaines semaines.

Questionné à savoir pourquoi la conférence de presse avait lieu dans le Vieux-Port de Montréal plutôt que dans la circonscription de Gouin — étant donné qu’il désire y représenter les résidents — M. Nadeau-Dubois s’est justifié par le double caractère de son annonce.

« C’était important pour moi de choisir un endroit qui a une ampleur nationale et qui envoie le message que Québec solidaire est bien sûre appelé à gagner les prochaines partielles dans Gouin, mais aussi dans d’autres comtés à Montréal et à l’extérieur de Montréal », a-t-il expliqué en faisant valoir la richesse du patrimoine historique du Québec retrouvé au musée de Pointe-à-Callière.

Objectifs en trois axes

« Il n’y a qu’un seul parti où je suis chez moi : Québec solidaire », a-t-il ajouté, en précisant plus tard vouloir former une union avec Option nationale puisque les deux partis politiques « partagent les mêmes valeurs sur le plan de la société ».

Cette idée lui vient notamment d’un objectif élaboré en trois grands axes qu’il tentera de relever au sein du parti. En plus d’une fusion avec Option nationale, Gabriel Nadeau-Dubois désire recruter de nouveaux visages et de moderniser l’implication militante dans le parti en mettant sur pied « une plateforme innovatrice d’action politique en m’inspirant des succès connus ailleurs, à commencer par celui de Bernie Sanders aux États-Unis. »

« La politique ce n’est pas un sport individuel, c’est un sport d’équipe. J’en appelle à tous ceux et celles qui croient à faire comme moi et à joindre les rangs de Québec solidaire, car c’est encore possible de faire de grandes choses et de mener de grands projets. Moi j’y crois, mais il va falloir qu’on fasse ça en gang », a-t-il lancé.

Multiples chapeaux

Gabriel Nadeau Dubois s’est fait connaître à l’occasion de la grève étudiante de 2012 alors qu’il était co-porte-parole de la Coalition large de l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (CLASSE). Celle-ci était opposée à la hausse des frais de scolarité décrétée par le gouvernement de Jean Charest.

Depuis, il a participé à la fondation du média alternatif Ricochet et a publié plusieurs essais. Le dernier, intitulé « Ne renonçons à rien », dresse le portrait socioéconomique de l’avenir de la province. Son constat lui vient de sa tournée citoyenne « Faut qu’on se parle », durant laquelle le jeune homme a assisté à « 174 assemblées de cuisine et à près d’une vingtaine de grandes consultations publiques » à travers le Québec en compagnie d’un collectif de militants. Celle-ci s’est clôt le 15 février dernier.

Celui qui a fait son baccalauréat en histoire, culture et société à l’Université du Québec à Montréal agit désormais comme chroniqueur à l’émission Gravel le matin diffusée sur les ondes radios de Radio-Canada. Il y parle des bonnes idées observées à l’international.

À lire également : Jonathan Marleau sera candidat libéral dans Gouin

Vos commentaires
loading...