Publicité

Commerçantes de mères en filles

Économie, Commandité
Marta avec deux de ses sœurs et sa mère ont fondé La Fiesta Idéal en 1997. (photo : Sylvie Garcia)
Marta avec deux de ses sœurs et sa mère ont fondé La Fiesta Idéal en 1997. (photo : Sylvie Garcia)

Véritable caverne d’Ali Baba pour qui recherche des accessoires de fête, La Fiesta Idéal de la Plaza St-Hubert est un incontournable. Le parcours de ses fondatrices permet de mesurer l’importance qu’elles accordent à la célébration des différents rites de la vie. Rencontre avec les deux copropriétaires, Marta Monchez et sa fille Lenia.

C’est alors que Marta poursuit un stage d’étude au Panama et travaille comme secrétaire à l’ambassade de l’Équateur que le consul lui parle du Canada. Cette discussion aura un impact déterminant sur la destinée de la jeune femme et sur celle de sa famille. Ils sont inquiets, car dans leur pays, le Salvador, le climat sociopolitique et économique se dégrade rapidement. En 1979, la guerre civile éclate. Marta se résigne à l’exil. Âgée de 29 ans, elle arrive seule à Montréal munie d’un simple visa de touriste. Elle parle espagnol, se débrouille en anglais, mais n’a aucune notion de français. « Ça n’a pas été facile », se souvient-elle. Elle apprend la langue au sein d’un organisme communautaire hispanophone où des professeurs dévoués offrent tant bien que mal des cours dans des locaux exigus. « Parfois, je devais suivre la classe debout, car il n’y avait pas assez de place pour tout le monde », raconte-t-elle en riant.

À l’expiration de son visa, comme la guerre au Salvador sévit toujours, Marta choisit de s’établir définitivement au Canada en tant que réfugiée politique. Par la suite, elle entreprend des démarches afin de faire venir sa famille. Les lourdeurs administratives et les frais inhérents, que son maigre salaire d’ouvrière dans une manufacture de souliers peine à combler, sont autant d’obstacles qu’elle doit affronter. Émue, elle confie : « Un jour, ma sœur a dû rester cachée pendant 48 heures, sans bouger, sans manger, pour échapper aux factions armées qui pillaient les maisons ». Avec courage et détermination, elle met tout en œuvre pour tirer sa famille de cet enfer. Marta Monchez a hérité de la force de sa mère. Au Salvador, en plus d’être enseignante, la matriarche tient des commerces dans sa grande maison : un restaurant, un magasin de fournitures scolaires et deux académies; une de dactylographie; l’autre de haute couture.

Fiesta Ideal

La Fiesta Ideal est situé au 815, rue St-Zotique Est. (photo : Sylvie Garcia)

Enfin réunies à Montréal, Marta avec deux de ses sœurs et sa mère fondent La Fiesta Idéal en 1997. Tous les membres de la famille mettent la main à la pâte. Lenia raconte : « Quand j’étais jeune, les arches en ballons étaient très populaires. Nous n’avions que deux machines pour les gonfler : une électrique et l’autre manuelle. Mon cousin et moi héritions de la pompe manuelle. On s’est fait des bras! » À l’adolescence, cette dernière annonce vouloir devenir travailleuse sociale. Déconcertée, sa grand-mère lui répète : « Regarde Lenia, mais regarde bien, tout ça, c’est à toi! » Quelques années plus tard, au décès de la matriarche, elle doit remplacer sa mère et ses tantes à la boutique. « C’est là que j’ai compris où se trouvait ma place! » Aujourd’hui, copropriétaire avec sa mère et assistée de sa tante Karina à la gérance, Lenia n’a aucun regret.

Trois générations de femmes ont bâti ce commerce. Des femmes pour qui l’art de la fête n’a plus aucun secret. Il suffit de leur donner les grandes lignes d’un évènement pour qu’elles se transforment en guides avisées à toutes les étapes des préparatifs. « Les clients repassent pour nous montrer des photos et nous dire : vous aviez raison, voyez comme c’est joli! », s’exclame Marta. La Fiesta Idéal célébrera en juin prochain ses 20 ans d’existence. Passez à la boutique, angle St-Zotique et St-André, pour les féliciter!

La Fiesta Ideal
815, rue St-Zotique Est (coin St-André)
www.lafiestaideal.net

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...