Publicité

Chadi Fadlallah : un barista très sympa!

Économie, Commandité
Le Café Lana est situé au 7140, rue St-Hubert (coin Jean-Talon). (photo : Sylvie Garcia)
Le Café Lana est situé au 7140, rue St-Hubert (coin Jean-Talon). (photo : Sylvie Garcia)

Au comptoir du Café Lana de la Plaza St-Hubert, deux hommes m’accueillent. Je demande à voir le propriétaire avec qui j’ai rendez-vous. Le plus âgé pointe le jeune homme à l’aube de la vingtaine à ses côtés et me dit : « C’est lui »! Voyant ma surprise, il s’esclaffe. Le ton était donné. Rencontre avec Chadi Fadlallah.

Chadi Fadlallah, propriétaire du café. (photo : Sylvie Garcia)

Chadi Fadlallah, propriétaire du café. (photo : Sylvie Garcia)

À ma demande, Chadi Fadlallah se raconte. À l’âge de 7 ans, il quitte son Liban natal, alors déchiré par une guerre civile. Ses parents décident d’immigrer aux États-Unis avec leurs 5 enfants. L’adaptation est difficile. Le père entend parler du Québec qui offre de meilleures opportunités pour la famille. La langue n’est pas un obstacle pour eux, car au Liban le français est enseigné dans les écoles dès le plus jeune âge. Un an après leur arrivée en Amérique, ils partent donc à nouveau, cette fois pour venir s’installer à Montréal.

Le clan Fadlallah compte aujourd’hui 10 enfants, 7 garçons et 3 filles, et est profondément enraciné à sa terre d’accueil. En 1998, Chadi obtient son diplôme en informatique de gestion de l’Université du Québec à Montréal. Sa vie professionnelle l’amène à voyager sur tous les continents et même à s’installer à Paris pendant plusieurs années. En 2004, il revient au Québec définitivement, puisque, selon lui : « Montréal est la meilleure ville du monde »!

Doté de beaucoup d’entregent, Chadi Fadlallah n’a pas la personnalité introvertie qu’on associe, à tort ou à raison, aux informaticiens. « Dans mon métier, on est face à un écran toute la journée. Lorsque j’ai décidé d’investir dans un commerce, je me suis dit qu’un café comblerait mon besoin d’entrer en communication avec les gens », explique-t-il. En 2005, il devient propriétaire d’un petit café sur la rue Jean-Talon. Chadi se souvient : « Il y a 1 an et demi, lorsque j’ai vu ce grand local à louer sur la Plaza St-Hubert, j’ai tout de suite mesuré son potentiel ». Il fréquente cette artère commerciale depuis l’enfance et apprécie sa diversité.

Aussitôt le bail signé, il entreprend des rénovations majeures afin que le Café, auquel il donnera le nom de sa fille Lana, corresponde à sa vision. L’espace commercial est transfiguré. La salle est vaste et décorée avec goût, deux grandes vitrines laissent abondamment entrer la lumière, des boiseries et un foyer contribuent à rendre l’endroit chaleureux. « Je suis très fier du résultat », affirme le propriétaire.

Afin de se consacrer au démarrage du Café Lana, Chadi Fadlallah est en congé sabbatique, le temps d’implanter un plan d’affaires qui reflète sa philosophie. Dans l’atteinte de ses objectifs, il est secondé par ses deux frères, à titre de gérants. Lors de la sélection de son personnel, Chadi accorde beaucoup d’importance à la personnalité des candidats. Il cultive un esprit de convivialité auquel doit adhérer toute son équipe.

Également en tête de liste, une volonté d’offrir des mets préparés sur place à base de produits frais. Une carte simple propose des sandwiches, quelques plats chauds, des salades, des viennoiseries, des desserts et bien sûr, de succulents cafés. Le menu sur ardoise permet de changer des items au gré des arrivages de saisons. De plus, on se fait un point d’honneur de s’approvisionner localement. En une visite, vous constaterez comme moi que le Café Lana est à l’image de son propriétaire, très sympa!

Café Lana
7140, rue Saint-Hubert (coin Jean-Talon)
www.lanacafe.com      

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...